L’agence spatiale européenne avait repéré l’astéroïde 2022 WJ1 quelques heures avant son entrée dans l’atmosphère terrestre et avait prédit son itinéraire. Une prouesse.

C’est seulement la 6e fois de l’histoire de l’humanité qu’un tel exploit est accompli : les agences spatiales ont repéré un astéroïde d’un mètre de diamètre quelques heures avant son impact sur terre. WJ1 s’est écrasé le 19 novembre 2022 à proximité de Toronto, au Canada, sans faire le moindre dégât, a annoncé l’ESA, l’agence spatiale européenne, le 24 novembre.

La découverte d’un tel corps céleste, surtout de cette taille, est une excellente nouvelle pour la Terre. « La détection et les observations en avance de cet astéroïde illustrent notre capacité toujours grandissante à nous prévenir des impacts, même les plus petits », s’est félicité l’ESA.

La trajectoire de l'astéroïde dans le ciel // Source : ESA / Robert Weryk
La trajectoire de l’astéroïde dans le ciel // Source : ESA / Robert Weryk

Le trajet de 2022 WJ1 a été calculé à l’avance

C’est l’observatoire Catalina Sky Survey qui a, le premier, repéré l’astéroïde, quatre heures avant l’impact, explique l’ESA sur son site. Catalina a pu prendre une photo grâce à son télescope, et a ensuite alerté le Minor Planet Center, l’organisme responsable de la détection des astéroïdes, 38 minutes seulement après la première apparition de l’astéroïde dans les radars.

Les observations de Catalina ont permis de faire une première estimation du lieu et de l’heure d’impact, en Amérique du Nord et dans les 3 prochaines heures. Trente minutes plus tard, de nouveaux calculs encore plus détaillés donnaient plus de précisions : l’astéroïde, d’une taille de moins d’un mètre de diamètre, allait s’écraser dans une zone comprise entre le lac Érié et le lac Ontario, près de la frontière entre le Canada et les États-Unis, à approximativement 3h30 heure locale.

« Exactement à l’heure prévue, l’astéroïde est rentré dans l’atmosphère, et est devenu une boule de feu brillante dans le ciel, juste au-dessus de l’endroit annoncé », se réjouit l’ESA dans le communiqué. Il faut dire que cela n’est pas un mince exploit : c’est seulement la 6e fois que l’humanité arrive à prédire l’impact d’un astéroïde — et la 2e fois cette année. Le 11 mars 2022, l’astronome hongrois Krisztián Sárneczky a découvert quelques heures avant l’impact un astéroïde de moins d’un mètre de diamètre, et a prédit le lieu d’impact, au nord de l’Islande.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.