La fusée New Shepard, qui est utilisée pour emmener des touristes dans l’espace, a connu une défaillance le 12 septembre. Heureusement, il n’y avait personne à ce moment-là. Et le système d’évacuation de la capsule a bien fonctionné.

La séquence est saisissante, mais n’a heureusement eu aucune conséquence fâcheuse. On voit s’élever la fusée New Shepard, avec à son sommet une capsule. Soudain, la propulsion paraît reprendre, de manière anormale. On note alors que la trajectoire du lanceur s’incline légèrement et, tout à coup, d’importantes flammes jaillissent. On comprend à ce moment-là que la capsule est éjectée et éloignée à très grande vitesse de la zone de danger.

Cet échec, que vient de reconnaître l’entreprise américaine Blue Origin, est pour le moment à élucider. Il semble que la défaillance a eu lieu au niveau de la propulsion. La société devait procéder ce 12 septembre 2022 à son 20e vol avec New Shepard, un lanceur qui a toujours donné satisfaction. Jusqu’à ce lundi, du moins. Le seul raté qui a été relevé date de 2015, lors du tout premier vrai vol. Et encore, l’incident est considéré comme partiel.

Le dysfonctionnement s’est produit environ une minute après le décollage, au moment où la fusée était déjà à une altitude de 8 400 mètres et atteignait une vitesse (plus de 1 100 km/h) proche de celle du mur du son. Blue Origin est en train d’enquêter. Mais l’évènement pourrait l’obliger à mettre en pause ses vols à venir, le temps d’élucider l’affaire et déployer d’éventuels correctifs dans les autres lanceurs.

Une mission inhabitée pour Blue Origin

La bonne nouvelle, c’est que cette mission était inhabitée. On ne trouvait que des charges utiles. Le raté sonne comme un rappel : la conquête spatiale reste une aventure complexe et périlleuse, malgré les précautions prises. Pour Blue Origin, c’est un avertissement qui résonne d’autant plus, car l’entreprise souhaite justement développer le tourisme spatial, en embarquant de riches particuliers faire un petit tour dans l’espace.

Blue Origin capsule
La capsule, qui a été projetée à toute allure. // Source : Capture d’écran

Autre bonne nouvelle : le mécanisme servant à évacuer la capsule de la zone de danger a fonctionné. On le voit d’ailleurs à l’image, avec le déclenchement de ses propres boosters. C’est ce scénario que l’on verrait, si des astronautes se trouvant à bord étaient face à une menace du même ordre : ils subiraient une vive accélération, avant de revenir sur Terre. Leur chute serait alors freinée par un jeu de trois grands parachutes.

Jusqu’à présent, Blue Origin a bouclé six vols habités, trois en 2021 et trois en 2022. Jeff Bezos, le milliardaire qui a fondé Amazon, se trouvait d’ailleurs dans le premier. Outre le géant du commerce électronique, l’Américain est aussi à l’origine de Blue Origin. Comme SpaceX, sa société s’efforce de concevoir des lanceurs réutilisables et qui rentrent automatiquement à bon port. Toutes les autres missions menées par Blue Origin étaient inhabitées.