L’année est dense pour SpaceX : l’entreprise prévoit 52 lancements en 2022. 33 ont déjà été réalisés, dont plus de 20 au profit de Starlink.

Pas de pause estivale pour SpaceX en 2022. L’entreprise américaine poursuit tout au long de l’été ses décollages pour acheminer aussi bien des satellites, des cargos de ravitaillement au profit de l’ISS ou bien des astronautes. Un autre tir est d’ailleurs programmé pour la nuit du 9 au 10 août. Il s’agira d’un envoi au profit de Starlink, sa constellation de satellites pour Internet.

Le décollage aura lieu depuis la Floride, depuis le complexe de lancement 39 au sein de la base de Cap Canaveral. 52 satellites se trouvent dans la coiffe de la fusée Falcon 9. Le tir est prévu à 18h57, heure locale, ce qui donnera un horaire à 00h57 en France métropolitaine. Comme toujours avec SpaceX, il sera possible de suivre le décollage en direct.

52 tirs prévus en 2022

SpaceX Falcon 9 Crew-4
Décollage d’une Falcon 9. // Source : SpaceX

Cette mission est on ne peut plus routinière pour SpaceX, qui envoie depuis quatre ans maintenant des satellites Starlink dans l’espace, à un rythme de plus en plus soutenu. D’ailleurs, rien que pour l’année 2022, l’entreprise américaine fondée il y a une vingtaine d’années a déjà bouclé plus de 20 tirs pour le compte de son service Internet. Il s’agit présentement du 21e.

Cette cadence remarquable, alors que l’on n’est qu’en milieu d’année, est rendue possible, d’une part, parce que l’entreprise américaine a accès à différentes aires de décollage, sur la côte ouest (Vandenberg) et sur la côte est (Cap Canaveral), et d’autre part, parce qu’elle récupère aussi le corps central de ses lanceurs, qu’elle peut ensuite réutiliser à de nombreuses occasions.

Plus généralement, SpaceX a procédé globalement à 33 décollages rien que pour 2022. Le dernier en date a profité à Danuri, la première sonde spatiale coréenne à destination de la Lune. Le tir au profit de Starlink début août sera le 34e. Au début de l’année, l’entreprise avait annoncé un programme chargé cette année, avec 52 tirs prévus. Soit l’équivalent d’un par semaine.