Afin de concurrencer Nintendo et son célèbre plombier Mario, Sega s’est lancé dans la recherche d’une mascotte iconique au début des années 90 : Sonic. Mais quelle est l’origine de son nom ?

Les aventures du hérisson bleu commencent évidemment avec Sega, une société de développement de jeux vidéo et de consoles pour salon et borne d’arcade. Nommée d’après l’abréviation de SErvice GAmes, la multinationale existe depuis les années 1950. Elle concevait alors des juke-boxes pour les Américains basés au Japon pendant la Guerre de Corée.

Cette entreprise a beaucoup évolué au fil des décennies. Le studio qui nous intéresse est SEGA AM8, fondé en 1988, car il devient trois ans plus tard en 1991 la Sonic Team.

mario_vs_sonic_by_tpollockjr
Mario vs Sonic. // Source : TPollockJR

Pourquoi Sonic ?

L’histoire de Sonic débute avec Hayao Nakayama, le président de Sega au Japon, et Tom Kalinske, son homologue américain. Les deux avaient demandé au département Recherche & Développement du studio interne AM8 de concevoir une nouvelle mascotte pour la marque Sega, qui serait aussi le héros d’un jeu.

Parmi les propositions qui leur parviennent, on trouve un bouledogue, un loup, un tatou et celui qui est retenu dans un premier temps : un lapin dont les oreilles extensibles lui permettent de saisir des objets. Le personnage en question n’a toutefois pas l’image à la fois cool et rebelle que Sega voulait incarner. 

Yuji Naka, un des game designers du studio AM8, ressort alors de ses cartons un projet sur lequel il avait planché auparavant : celui d’un personnage qui se met en boule pour éliminer ses adversaires. Le graphic designer Naoto Oshima retravaille alors le concept du lapin pour le transformer en hérisson. D’abord appelé Supersonic, le personnage prend finalement le nom de Sonic.

La personnalité du personnage est inspirée de celle de l’ancien Président des USA, Bill Clinton, qui selon les développeurs aime agir et clarifier les choses au plus vite. Ainsi Sonic, bien que créé au Japon, est dans son essence ancré dans la culture occidentale. De plus, sa couleur qui est le bleu représente la paix, l’assurance et l’attitude cool, tout ce que le Hérisson bleu était destiné à devenir. Sa vitesse de l’éclair lui vaut son surnom : Super Sonic ! Et bien, ça ressemble un peu trop à Super Mario… le choix s’arrête donc sur Sonic.

Pourquoi un hérisson ?

Revenons en arrière. En avril 1990, Nintendo et son personnage vedette, à savoir Mario, raflent toutes les ventes et sont les premiers du marché. Sega a toujours eu du mal à trouver une mascotte capable de rivaliser avec le plombier moustachu. L’ancien prétendant au poste, Alex Kidd, n’était pas assez charismatique et universel pour porter les couleurs de la firme.

Avec des tatous, des lapins et même des chiens, les patrons de Sega ont fait le tour de beaucoup d’animaux. Par la suite, Naoto Ohshima s’est rendu à New York et notamment à Central Park pour demander aux passants leur avis sur les différents designs, et c’est le hérisson qui a eu leur préférence. La préférence d’un animal aux couleurs originales s’explique pour Naoto Ohshima par le fait qu’il « transcende les origines et le genre », comme il l’expliquait encore lors de cette conférence. Après son retour au Japon et la validation de Sega, il fallait commencer à dessiner et trouver une identité propre à ce Sonic.

gd_sonic1_concept_sonic_01
L’un des premiers concepts sur Sonic. // Source : Sega

Dès lors, on décide de réagir : un concours interne à Sega est organisé pour élire la future mascotte de la marque. Toutes les branches de la firme sont mises à contribution, de l’Amérique au Japon, et rendent au total plus de 200 propositions pour créer un jeu qui sera capable d’atteindre le million de ventes, et de propulser la Mega Drive sur le devant de la scène. Plusieurs concepts voient d’abord le jour.

CONCEPT SONIC
Première évolution du hérisson. // Source : Naoto Oshima

Un concept-art intéresse particulièrement l’équipe des développeurs : le dessin d’un certain Naoto Oshima, représentant un… hérisson. Son nom ? Mr. Hedgehog (Monsieur Hérisson, en anglais).

En 2018, à l’occasion de la Game Developers Conference, Hirokazu Yasuhara, le développeur de nombreux jeux Sonic, et Naoto Ohshima, designer du célèbre personnage, sont tous deux revenus sur sa création au début des années 90 : « La question est : pourquoi un hérisson, alors ? La réponse ? Parce que c’est un personnage que vous pouvez imaginer infliger des dégâts en se mettant en boule et en roulant », a assuré Yasuhara. Afin de trouver la bonne formule, de nombreux modèles et animaux ont été présentés pour devenir la mascotte officielle de Sega.

Pourquoi le bleu ?

La couleur avait aussi une grande importance, les développeurs du jeu ne devaient pas se rater et bien marquer les esprits. Pourquoi avoir choisi le bleu pour le hérisson ? Tout simplement pour coller à la couleur de Sega.

Pour ce qui est de ses chaussures d’un rouge vif, c’est dans une interview qu’Oshima a dévoilé la raison de ce choix : « On s’est inspirés de la couverture de l’album Bad de Michael Jackson, qui contrastait fortement entre le blanc et le rouge – cette couleur de type Père Noël. Je pensais aussi que le rouge allait bien pour un personnage qui peut courir très vite, quand ses jambes tournent. »