Alors que des hordes de zombies rôdent dans les rues, des groupes de survivants parcourent la ville à la recherche de provisions et d’armes. Bienvenue dans le monde de Zombicide, notre jeu de société de la semaine.

Les zombies ont surgi de nulle part et ont détruit le monde que nous connaissions. Une poignée de courageux citoyens a choisi de lutter, s’unissant face à la horde contaminée. Vous êtes ces survivants, et vous parcourez la ville à la recherche de provisions et de vengeance. L’heure du zombicide a sonné !

Zombicide est un jeu de figurines coopératif. Les joueurs y incarnent des survivants, tandis que les zombies sont contrôlés par le jeu, selon des règles simples et un paquet de cartes.

Quel que soit le nombre de joueurs, il y a toujours six survivants en jeu, répartis équitablement entre les participants. Chaque partie correspond à une des 25 missions (en plus d’un tutoriel) incluses dans la boîte. Elles proposent des objectifs différents, une zone de jeu spécifique, grâce à des plateaux recto verso à assembler, et quelques règles spécifiques. Ces plateaux représentent les rues et l’intérieur des bâtiments d’une ville totalement délabrée.

Zombicide
Tout est calme… pour l’instant ! // Source : CMON et Guillotine Games

À son tour, un joueur dispose de trois actions par survivant. Il peut se déplacer d’une zone (qui correspond à un côté de trottoir, une intersection, une pièce dans un bâtiment, tout est très clairement représenté), fouiller pour espérer trouver une meilleure arme, de la nourriture ou tout autre objet utile, ouvrir une porte à l’aide d’un ustensile approprié (hache de pompier, pied de biche, tronçonneuse), et, bien évidemment, combattre.

Les combats, de mêlée ou à distance, se résolvent à coup de lancers de dés. Les armes sont nombreuses, et chacune dispose de caractéristiques propres : portée, dégâts, précision, etc. Prenez garde tout de même si vous tirez dans une zone où se trouve un autre survivant : si vous ratez votre tir, c’est lui qui se prend des blessures !

Figurine du jeu. // Source : CMON et Guillotine Games

Quand tous les joueurs ont réalisé leurs actions vient le tour des zombies. Chaque mission définit des zones d’invasion, par lesquelles arrivent de nouveaux morts-vivants, dont le type est déterminé au hasard grâce à un paquet de cartes. Il y a les classiques rôdeurs, lents et faibles ; les balèzes, lents aussi, mais beaucoup plus costauds ; les forcenés, dangereux, car ils s’activent deux fois par tour ; et enfin, les abominations, cauchemars des joueurs. L’activation des zombies est simple : s’ils sont dans la même zone qu’un survivant, ils l’attaquent, sinon ils s’approchent de celui qu’ils voient, ou de l’endroit où il y a le plus de bruit.

À tout cela s’ajoute des points d’expérience à chaque zombie tué, des capacités propres à chaque personnage, des survivants enfants, plus fragiles, mais qui peuvent se faufiler à travers les morts-vivants, des restrictions sur les lignes de vue, la gestion du bruit qui attire les monstres, des cocktails Molotov, etc.

La partie s’arrête dès que l’objectif de la mission est rempli, ou par la mort d’un survivant… et c’est cette dernière possibilité qui survient le plus souvent.

Pourquoi jouer à Zombicide ?

Zombicide n’est pas un nouveau jeu, puisque sa première version date de 2012. Nous profitons de la parution récente de la seconde édition pour vous le présenter. Le cœur du jeu n’a pas changé, mais les règles ont été révisées pour plus de confort et le matériel a été enrichi et amélioré.

Crevons l’abcès tout de suite par ce qui fâche : le prix du jeu. Il est totalement justifié par les dizaines de figurines et tout le reste du matériel, notamment les tableaux de bord permettant de gérer les points de vie, l’expérience et les compétences de son survivant. Car à 90 € la boîte, mieux vaut ne pas se tromper dans son achat.

Zombicide
Source : CMON et Guillotine Games

Mais si vous êtes un fan du genre, vous ne serez pas déçu ! Outre les figurines, le reste du matériel est tout aussi réussi, notamment les illustrations. Les règles, même si nombreuses, sont simples à comprendre. Le tutoriel, assez court, est parfait pour se mettre en jambe. Le jeu est fluide, malgré des parties qui peuvent durer nettement plus longtemps que ce qu’indique le dos de boîte.

Un classique du genre

Zombicide
Un zombie // Source : CMON et Guillotine Games

Évidemment, le hasard est très présent, les lancers de dés et les tirages de cartes étant nombreux et au cœur du jeu. On y distingue tout de même un soupçon de stratégie, et foncer bêtement tête baissée dans le tas est rarement synonyme de victoire… même si ça peut aussi être plaisant.

On regrettera tout de même la quasi-nécessité que les survivants restent en groupe. Quelques situations permettent de se séparer, mais la plupart du temps c’est une mauvaise idée. On se fait vite déborder par les hordes de zombies, et le décès d’un seul personnage signe la défaite de la partie. On aurait aimé un peu plus de liberté individuelle pour les joueurs, mais c’est détail comparé aux nombreuses qualités proposées.

Des figurines par dizaine, des zombies, de l’action non-stop, de la coopération. Zombicide est clairement un classique du genre, qui plaira sans aucun doute possible aux fans de cette mécanique et de cette thématique. Malgré des règles pas si compliquées, elles sont tout de même nombreuses, et les parties sont plutôt longues. Ce n’est donc pas un jeu « familial » (au-delà même du thème). Idéal pour se défouler entre amis, la vingtaine de missions vous tiendra en haleine un bon moment. Deux extensions, uniquement en anglais pour le moment, permettent encore d’enrichir le jeu avec de nouvelles règles et figurines.

  • Zombicide est un jeu de Raphaël Guiton, Jean-Baptiste Lullien et Nicolas Raoult
  • Illustré par Édouard Guiton, Thierry Masson et Éric Nouhaut
  • Édité par CMON et Guillotine Games
  • Pour 1 à 6 joueurs à partir de 14 ans
  • Pour des parties d’environ 60 minutes (comptez plutôt le double)
  • Au prix de 90,00 € chez Philibert

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo