Call of Duty: Warzone a franchi la barre des 500 000 joueurs bannis. Si le chiffre peut paraître impressionnant, il est loin d'être un record pour le genre Battle Royale.

Le 14 mai 2021, Raven Software s’est fendu d’un tweet dont le studio se serait sans doute passé. Il annonce que plus de 500 000 joueuses et joueurs ont été bannis de Call of Duty : Warzone — le Battle Royale tiré de la célèbre saga éditée par Activision — à cause de la triche. Sur le papier, le chiffre peut paraître énorme. C’est pourtant loin d’être un record quand on regarde ce phénomène qui touche un genre surpeuplé.

Il faut déjà mettre en perspective ce chiffre par rapport à la communauté qui soutient Call of Duty : Warzone. Aujourd’hui, le Battle Royale pèse plus de 100 millions d’utilisateurs, ce qui donne une part de 0,5 % de tricheurs. À titre de comparaison, Apex Legends, le concurrent d’Electronic Arts, en était déjà à près de 800 000 sacripants éjectés en mai 2019, quelques semaines seulement après son lancement en février — pour 50 millions d’utilisateurs à l’époque.

Le phénomène des tricheurs dans les Battle Royale

Dans un tweet publié le 20 décembre, l’équipe derrière PUBG Mobile annonçait avoir banni très exactement 2 127 454 comptes en une semaine. Du 7 au 13 mai derniers ? 1 481 239 bannissements de plus, peut-on lire dans un tweet partagé le 16 mai. On parle ici d’un jeu disponible sur iOS et Android, qui comptait déjà plus de 400 millions d’utilisateurs en juin 2019 (selon PCGamesN). À l’instar de PUBG Mobile, Call of Duty : Warzone souffre de sa popularité : plus il y a de joueurs, plus les risques de voir des tricheurs est grand.

Les entreprises derrière les Battle Royale communiquent régulièrement sur leurs mesures anti-triche, elles qui prônent un environnement de jeu sain pour attirer un maximum de monde. Au-delà de cette garantie, il est également question du respect envers le travail des développeurs. Ce point a été souligné par Amos Hodge, directeur créatif chez Raven Software, dans des propos relayés par VideoGamesChronicle le 23 avril. Il déplore : « Nous mettons notre coeur dans ce contenu, nous avons 100 millions de joueurs, cela fait un an qu’il est sorti, c’est une grande communauté et peut-être le meilleur projet de notre vie, et voir des tricheurs venir et ruiner le jeu nous ennuie plus que quiconque. » 

Call of Duty : Warzone // Source : Activision

Ce qui est sans doute un peu plus contrariant pour Call of Duty : Warzone tient du fait que Raven Software doit continuer de sévir malgré des mesures de plus en plus strictes. En avril 2020, le comportement de certains joueurs malavisés avait poussé le studio à utiliser des outils plus punitifs.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo