Le studio PUBG Corp annonce qu'il ne va plus faire appel à une société chinoise pour fournir la version mobile de son jeu PlayerUnknown's Battlegrounds pour le marché indien. Une décision qui fait suite à l'annonce du bannissement de deux jeux mobiles PUBG par New Delhi, dans un contexte de forte tension avec Pékin.

Entre la Chine et l’Inde, PUBG Corporation aimerait ne pas avoir à choisir. Mais il n’est pas toujours possible de faire ce que l’on veut lorsque la géopolitique s’en mêle. Aussi, le studio sud-coréen à qui l’on doit le jeu PlayerUnknown’s Battlegrounds, a-t-il été contraint le 7 septembre de réagir à la suite de l’annonce, par les autorités indiennes, du bannissement de deux portages mobiles de son jeu vidéo.

Rappel des faits : ces derniers mois, les relations bilatérales entre Pékin et New Delhi se sont lourdement dégradées, notamment à cause d’un conflit larvé se déroulant non loin de l’Himalaya, à la frontière sino-indienne. Des troupes ont été amassées à partir de mai et des accrochages ont été signalés, avec une estimation de quelques dizaines de morts de chaque côté.

Dans ce contexte, New Delhi a commencé à prendre des mesures contre son rival asiatique, au nom de la sécurité nationale. Dans le secteur du mobile, une première vague de 59 applications a été bannie fin juin, suivie début septembre d’une seconde charrette contenant cette fois 118 logiciels. Et parmi eux figurent deux déclinaisons de PUBG, à savoir PUBG Mobile Nordic Map : Livik et PUBG Mobile Lite.

PUBG est un jeu de type battle royale, dans lequel les joueurs et les joueuses s’affrontent avec des armes à feu. // Source : PUBG Corporation

PUBG Corp fait un geste à l’égard de l’Inde

C’est cette deuxième liste de bannissement qui a fait réagir le studio PUBG Corp. Dans un communiqué, le groupe annonce qu’il se passera de la société chinoise Tencent pour diffuser la version mobile de son jeu vidéo sur le marché indien. « À la lumière des récents développements, PUBG Corp a pris la décision de ne plus accorder la franchise PUBG Mobile à Tencent Games en Inde », est-il écrit.

Comme l’explique une page du support de PlayerUnknown’s Battlegrounds, la version mobile est gérée par la société Tencent. Mais compte tenu du refroidissement rapide des relations entre les deux superpuissances asiatiques, et de la nationalité de Tencent, PUBG Corp se voit dans l’obligation de trouver une stratégie alternative si elle veut continuer à avoir accès au marché indien.

Une stratégie qui pourrait l’amener à s’occuper elle-même de la version mobile du jeu : « À l’avenir, PUBG Corp assumera toutes les responsabilités de publication dans le pays. Alors que la société explore les moyens de fournir sa propre expérience PUBG à l’Inde dans un avenir proche », indique le communiqué. La société souhaite par ailleurs se rapprocher des autorités indiennes pour évoquer ce sujet.

PUBG reste populaire, même s’il a été un peu éclipsé par le phénomène Fortnite.

Selon des statistiques datant du printemps 2019, la version mobile de PlayerUnknown’s Battlegrounds est relativement populaire en Inde. On dénombrerait environ 50 millions de joueurs. Des statistiques citées plus récemment évoquent par ailleurs une communauté de près de 13 millions de personnes qui se connecte quotidiennement — et le jeu aurait été téléchargé plus de 175 millions de fois dans le pays.

Ces chiffres sont à remettre en perspective face au nombre total d’habitants que compte l’Inde — plus de 1,3 milliard d’habitants. Néanmoins pour n’importe quel studio, ce sont des chiffres qui font tourner la tête, et sont la promesse d’un véritable eldorado financier. Au global, PUBG aurait d’ailleurs rapporté plus de 208 millions de dollars sur le seul mois de juillet. On comprend mieux, dès lors, la forte préoccupation de PUBG Corp à l’égard du marché indien.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo