Ubisoft va devoir une nouvelle fois censurer l'un de ses jeux. L'entreprise française s'apprête à retirer un symbole en forme de poing intégré à Elite Squad et censé représenter le camp des méchants. Un choix considéré comme malvenu, notamment en cette période où le mouvement Black Lives Matter prend beaucoup d'ampleur.

Ubisoft a une nouvelle fois dû prendre la parole pour s’excuser. L’objet de la tourmente est lié au jeu vidéo mobile baptisé Tom Clancy’s Elite Squad. La controverse prend la forme d’un logo en forme de poing levé et de couleur noire, repéré par des joueurs dans la cinématique d’introduction. Il est censé représenter l’organisation terroriste à combattre, ce qui apparaît très maladroit en cette période où le mouvement Black Lives Matter est très actif.

Dans un communiqué publié le 29 août sur Twitter, Ubisoft a indiqué que le symbole en question sera retiré dès le 1er septembre sur la version Android et «  dès que possible » pour la mouture iOS. Numerama a pu le vérifier : pour l’heure, le poing levé noir apparaît toujours dans la vidéo chargée de présenter le contexte d’Elite Squad (environnement iOS).

Poing levé dans le jeu vidéo Elite Squad // Source : Capture d’écran iOS

Ubisoft obligé de retirer un poing levé noir

« Le symbole montré dans la séquence d’introduction de Tom Clancy’s Elite Squad avec un poing levé est nuisible, tant dans son existence même que dans la manière dont il apparaît. Nous avons écouté la communauté qui a pointé du doigt le problème et nous présentons nos excuses », indique Ubisoft dans son tweet. 

Historiquement, le poing levé représente le combat, la force, la révolution ou encore la révolte. Le mouvement Black Lives Matter, à l’instar de celles et ceux qui le soutiennent, l’utilise lors des manifestations dénonçant les violences policières et la haine raciale aux États-Unis — tout comme le mouvement Black Power des années 70 l’utilisait déjà. C’est pourquoi il est aujourd’hui malvenu d’associer le poing levé à un groupe terroriste, si fictif soit-il. Dans Elite Squad, l’organisation est décrite comme «  une nouvelle menace » profitant de « l’agitation civile » pour «  instaurer un nouvel ordre mondial ». En prime, « elle prétend promouvoir une utopie égalitaire pour gagner le soutien populaire », indique l’introduction. On peut y déceler certaines ressemblances avec le mouvement Black Lives Matter, qui se passerait bien d’être associé de près ou de loin à un groupe terroriste.

Tout porte à croire que les développeurs de Tom Clancy’s Elite Squad ont manqué de discernement au moment de choisir cette iconographie. « Cette bande-annonce d’Elite Squad ? Grossière et extrêmement irrespectueuse. J’aurais aimé le savoir avant », révèle Olafur Waage dans un tweet publié le 29 août. L’intéressé travaille pourtant pour Ubisoft, en tant que programmeur au sein du studio Massive Entertainment (The Division, The Division 2) — preuve qu’il peut y avoir des désaccords créatifs au sein d’une même entreprise.

Ce n’est pas la première fois qu’Ubisoft doit s’excuser pour une maladresse à résonance politique. Lors de la promotion de The Division 2, la multinationale s’était fendue d’une blague douteuse sur un shutdown du gouvernement américain (paralysie des administrations qui impliquent du chômage pour des milliers de fonctionnaires). À l’époque, elle avait rappelé son positionnement apolitique.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo