Durant l'événement Inktober, des dessinateurs et dessinatrices du monde entier publient chaque jour des dessins. Parmi ces derniers, la science est présente : Numerama en a sélectionné quelques-uns.

Depuis plusieurs années, le mois d’octobre a un statut particulier chez les amoureux et amoureuses du dessin. Du 1er au 31 du mois, c’est l’événement Inktober. Que ce soit à un niveau amateur ou professionnel, des dessinateurs et dessinatrices du monde entier participent à un même challenge : publier, chaque jour, un nouveau dessin sur leurs réseaux sociaux (via Twitter et Instagram essentiellement).

L’idée est aussi de respecter certaines contraintes. Sur le site de l’événement, une liste est publiée où chaque jour correspond à un thème spécifique. Mais tout le monde ne respecte pas ces contraintes officielles : il est possible de n’en faire qu’à sa tête, ou bien de suivre bon nombre de listes non-officielles proposées par des internautes.

Dessin publié sur le compte Twitter de Sarah Noble à l’occasion d’Inktober 2019. C’est une représentation du disque musical envoyé sur les sondes spatiales Voyager. // Source : @IntrplnetSarah

Évidemment, pour notre plus grand plaisir, la science est chaque année de la partie chez les participants au défi Inktober. Numerama s’est penché dans toutes ces publications pour sélectionner les comptes et dessins les plus intéressants ou les plus mignons.

Femmes de science

Ele Willoughby est à la fois scientifique et illustratrice. Sur son compte Twitter, elle a donc profité de l’événement Inktober pour relier plus que jamais ses deux vocations. Démarche intéressante, Ele Willoughby nous a partagé des portraits de femmes qui ont marqué l’histoire des sciences. Sur le portrait ci-dessous, juste après l’oiseau, elle représente par exemple Mary Golda Ross, la toute première Amérindienne a être devenue ingénieure aérospatiale. Cette dernière a notamment participé à la conception d’une fusée qui aura été utile pour les missions Apollo.

Spatial : des êtres mignons et des planètes

La youtubeuse Alice Thomas a lancé, via son compte Twitter, sa propre liste Inktober : le spaceinktober. Une belle initiative qui permet de plonger avec plaisir dans quelques dessins spatiaux. Les thèmes qu’elle a sélectionnés : fusée, galaxie, extraterrestres, Hubble, etc.

Parmi les comptes qui ont participé au challenge d’Alice Thomas, on a été totalement émerveillé par les dessins de Minus and the Brain, où il est question à la fois chats, de pandas et de science — un combo évidemment parfait. On vous laisse craquer devant les quelques exemples ci-dessous.

Sur un registre moins mignon, mais joliment narratif et stylisé, l’illustrateur Patrick Fontaine nous offre un petit vertige spatial avec cet astronaute… pour le moins mal portant, dont le câble s’est visiblement détaché de la Station spatiale internationale il y a bien longtemps.

Évidemment, il fallait bien que la créatrice du challenge spaceinktober participe à sa propre initiative. Ce qu’Alice Thomas s’est employée à faire, avec le même humour et la même passion que l’on retrouve dans ses vidéos YouTube de vulgarisation spatiale.

Planètes et tardigrades

Scientifique spécialisée en géologie lunaire, Sarah Noble est également artiste. Tout comme Ele Willoughby, elle partage des œuvres qui mélangent sa patte artistique et son expertise scientifique. Sur son compte Twitter, on retrouve donc aussi bien des planètes, des cratères lunaires et… un tardigrade !

Sciences naturelles : des lézards et des plantes

Sur Instagram, le compte Zoosparkle est l’un de ceux qui se sont le plus distingués dans l’Inktober de la science. Il est tenu par un certain Willy, youtubeur italien spécialisé dans les sciences naturelles. Sur son Instagram, il parle et dessine autour des bêtes, qu’elles soient «  vivantes ou éteintes ». Dès le premier jour de l’événement Inktober, Willy proposait une représentation dessinée du Cordylus, un lézard sud-africain en voie de disparition. Pour le 17 octobre, il publiait plutôt le dessin d’un dinosaure bel et bien disparu, de la famille Hadrosauridae, un reptile muni d’une crête ornementée caractéristique.

View this post on Instagram

#inktober day1 : Ring. L’anello in questione è il corpo del Cordilo (Ouroborus cataphactus), una lucertola del Sud Africa che se minacciata si morde la coda (come il leggendario serpente Uroboro, che da anche il nome al suo genere) Per ridurre la sua vulnerabilità ed offrire al nemico la dura corazza di osteodermi. Un’altra sua particolarità è quella di dare alla luce uno o due piccoli vivi, senza deporre uova. In passato l’ IUCN Lo aveva classificato come vulnerabile, ma poi le cose sono migliorate quando è cessato il prelievo di esemplari destinati alla vendita come animali da terrario. Tuttavia rimane un animale suscettibile all’oscillazione della sua fonte di cibo primaria, ovvero le termiti, che dal canto loro possono essere in qualche modo disturbato dalla Diffusione di piante aliene, una cattiva gestione degli incendi naturali e da cambi nei pattern delle piogge. Vi dico subito che non so se riuscirò a farli tutti i giorni dell’inktober, ma sappiate che quest’anno c’è l’ #inktoberscience ! Per cui vi invito a seguire anche cosa combineranno @ilerys, @jacopo.sacquegno, @dr.cighetti e @chiaraferrari.nutrizionista ! – Vi do anche appuntamento questa domenica a Strambino (TO) alle 15.00 nella Sala Unità d’Italia del comune Per parlare della scienza di Jurassic Park. – Vi do appuntamento anche il 12 ottobre all’ @hostel_sardinia A Quartu Sant’Elena (CA) per parlare di nuovo di Jurassic Park e della scienza che c’è dietro. A presto ! #cordylus #ouroboros #lizard #science #scienza #nature #natura #zoologia #zoosparkle #zoology #paleontology #paleontologia #biology #biologia #herpetology #erpetologia #animals #animali #inktober2019.

A post shared by Willy Guasti (@zoosparkle) on

 

View this post on Instagram

Inktober Day 17 : Ornament Per il tema di questo giorno di #inktober (che in realtà doveva esserci 5 giorni fa) ho scelto gli adrosauridi del genere Lambeosaurus. Bestie grosse decisamente appariscenti, qui esaltate da questo filtro vapor abbestia ; la famiglia dei Lambeosaurinae In particolare è famosa per le numerose specie con creste molto caratteristiche sul capo. Tali creste erano forse in qualche caso d’aiuto all’emissione di richiami, dal momento che erano cave, ma si suppone che in primis stessero lì ben visibili sulla testa perché servivano come ornamenti. Va da sé che è molto probabile che fossero colorate, dal momento che i dinosauri (come condizione generale) erano Con ogni probabilità capaci di vedere i colori e avevano una buona vista. Ci vediamo il due ed il tre novembre al Lucca comics ! Presto news ! Seguite gli altri colleghi che stanno svolgendo l’inktober scientifico ! @ilerys @crizipri @jacopo.sacquegno @chiaraferrari.nutrizionista @la_giada_naturalista @kit4social @dr.cighetti #inktoberscience #inktober2019 #ink #pen #dinosaur #lambeosaurus #dinosauro #dinosaur #drawing #paleontologia #paleontology #nature #natura #biology #biologia #zoology #zoologia #animals #prehistory #naturalhistory #huge

A post shared by Willy Guasti (@zoosparkle) on

La dessinatrice Lolalunatik s’inscrit dans la même démarche : durant tout l’événement Inktober, son compte se remplit d’illustrations de différentes espèces végétales et animales. Ses dessins sont majoritairement en noir et blanc, et se distinguent par une richesse de détails.

Si vous voulez trouver d’autres dessins de l’Inktober de la science, vous pouvez tenter le hashtag #scienceinktober, ou celui #spaceinktober d’Alice Thomas, mais aussi combiner #sciart et #inktober.

Partager sur les réseaux sociaux