Cyprien et Norman sont cités dans le dernier rapport sur le sexisme du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes. 6 de leurs vidéos, qui représentent 120 millions de vues, ont été analysées.

Cyprien et Norman, les deux youtubeurs les plus suivis en France, sont cités dans le rapport sur le sexisme publié par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) publié jeudi 17 janvier. Cette instance consultative qui conseille le Premier ministre estime que certaines de leurs vidéos, sous couvert d’humour, reproduisent des schémas sexistes.

Des vidéos vues plus de 120 millions de fois

Six vidéos humoristiques de Cyprien et Norman ont été étudiées par le Haut Conseil. L’école 2, Mon corps, Les pubs VS la vie 2 pour Cyprien, et La jalousie en couple, Les papas et La friendzone pour Norman. Ces vidéos cumulent à elles plus de 120 millions de vues. Elles ont été sélectionnées selon plusieurs critères, comme leur popularité et leur référencement sur Google.

Selon le HCE, 2 vidéos sur 3 de Cyprien mobilisent des ressorts sexistes, et 3 vidéos sur 3 de Norman également.

Capture d’écran issue du rapport. // Source : HCE

Ces résultats n’ont pas valeur de représentativité, car l’échantillon est particulièrement petit, et les vidéos datent pour certaines d’il y a 3 ans maintenant. Cependant, ils permettent de mettre en avant des schémas sexistes récurrents présents dans les vidéos YouTube humoristiques.

Le «  mythe de la mégère »

Le HCE montre ainsi que sur YouTube, comme en radio ou sur d’autres médias, «  on rit sans les femmes ». Dans les 6 vidéos de Cyprien et Norman, on remarque ainsi que 70 % des personnages imités (63 au total) sont des hommes. Les femmes sont non seulement moins nombreuses, mais elles sont aussi souvent renvoyées à leur « image de femmes ». On va traiter de leurs cas comme d’une globalité. Les personnages masculins eux, seront généralement plus complexes et moqués sur des critères plus individuels, qui ne renvoie pas autant à leur genre.

Il arrive toutefois aussi que les hommes soient traités dans leur globalité, par exemple quand Norman parle de « nous » pour les désigner.

Comme le rappelle le HCE, les représentations schématiques et globalisantes contribuent aux stéréotypes de genre. Elles renvoient à l’idée que les femmes et les hommes ont des comportements « par nature » alors que ceux-ci relèvent de la culture.

Les personnages féminins sont souvent caricaturés comme des personnes ne contrôlant pas leurs émotions. Elles sont agressives, paranoïaques, jalouses, reproduisant le «  mythe de la mégère ». Les hommes eux apparaissent parfois comme des victimes des femmes, par exemple lorsque Norman doit s’enfermer dans la salle de bain avec tous ses objets technologiques pour éviter que sa copine ne fouille dedans pendant qu’il prend sa douche.

Capture d’écran de La jalousie dans le couple // Source : Capture d’écran Norman / YouTube

Lorsqu’elles ne sont pas montrées comme agaçant les hommes ou comme tout à fait naïves, les femmes sont mises en compétition entre elles. Elles se rabaissent, se dévalorisent. Les hommes à l’inverse, sont solidaires entre eux, et rient entre eux des femmes. Ils subissent de leur côté des injonctions à la virilité teintées d’homophobie ordinaire, comme le « alors, on prend toujours son père pour une tapette » lancé d’un père à sa fille pour prouver sa virilité (Les papas, Norman).

« Grosse p*** dégueulasse »

Des insultes à caractère sexiste, homophobe et grossophobe, sous couvert d’humour, sont prononcées dans des vidéos.

Extrait du rapport du HCE // Source : Capture d’écran / HCE

L’agression sexuelle est aussi tournée à la dérision dans la vidéo La friendzone de Norman. Il y touche un sein de Natoo pendant qu’elle regarde son téléphone. Lorsqu’elle le remarque et lui dit d’arrêter, il fait semblant d’être surpris. Dans une vidéo de Cyprien, on s’amuse d’un professeur qui cherche à regarder sous la jupe d’une jeune élève.

La parole des femmes tournée en ridicule

Le HCE ne s’appuie pas uniquement sur les blagues prononcées dans les vidéos. Il pointe aussi du doigt la manière dont sont pensées ou filmées les vidéos.

Les actrices sont ainsi généralement moins nombreuses. Seules Natoo et Audrey Pirault apparaissent dans les vidéos, alors qu’on trouve 6 humoristes masculins venus «  jouer les guest-stars ». Les premières ont moins de temps de parole ou de présence. Leur parole est aussi souvent « remise en cause et tournée en ridicule », ou alors «  on prête peu attention à ce qu’elles disent », estime le HCE. Seule une vidéo passe le test de Bechdel, c’est-à-dire qu’elle répond aux conditions suivante : deux femmes se parlent et discutent d’autres chose que d’un homme.

80 % des vidéos analysées sexualiseraient les femmes au moins une fois

Par ailleurs, 80 % des vidéos analysées sexualiseraient les femmes au moins une fois. La sexualisation renvoie au fait de présenter et réduire le corps d’une femme à des fonctions sexuelles.

Dans La jalousie dans le couple, Norman fait à un moment défiler sur son écran des photos de femmes dénudées, avec de gros plans sur leurs fesses ou des positions suggestives. Plus tard, il commente le physique d’une passante dans la rue en parlant de ses « gros seins » puis la prend discrètement en photo.

Des femmes invisibles

Dans les vidéos, tous les hommes nommés dans le sketch sont visibles à l’écran. Ce n’est pas le cas des femmes, qui sont parfois mentionnées, mais hors-champ. Par exemple, on entend un homme critiquer le physique d’une femme, sans voir cette dernière.

Enfin, d’autres procédés moins visibles sont pointés du doigt, comme le male gaze, un concept défini par la théoricienne du cinéma Laura Mulvey dans les années 1970. Cela signifie qu’on voit les scènes à travers un point de vue qui a tendance à réifier les femmes pour le plaisir des spectateurs masculins.

Extrait d’une vidéo de Norman, la Friendzone // Source : Capture d’écran Norman / YouTube

Le sexisme dans les vidéos humoristiques de YouTube n’est pas nouveau. Il avait été pointé du doigt à deux reprises, rappelle le HCE, concernant Rémi Gaillard. Ce vidéaste s’était filmé en train de simuler un acte sexuel derrière une femme. Même si il n’était pas directement en contact avec les femmes, ces actes sexuels mimés non consentis avaient été considérés par beaucoup comme dégradants.

Cyprien assure qu’il travaille sur le sujet

Contacté, Norman n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet pour le moment. Cyprien de son côté, s’est dit surpris de se retrouver dans le rapport du HCE, qu’il juge utile. « Pour moi c’est un sujet important, je fais attention à mettre des personnages féminins dans mes vidéos et fictions », dit-il, rappelant au passage qu’il collabore depuis quelques mois avec l’association Les Internettes, qui soutient les femmes vidéastes.

«  J’ai certainement fait des erreurs sur la représentation de la femme dans mes vidéos, j’en ferai peut-être à l’avenir, mais je travaille pour en faire le moins possible », ajoute Cyprien. Il note que ces 3 vidéos ne sont pas nécessairement les plus représentatives de son travail, et que le HCE a oublié une invitée féminine, Adèle Castillon.

« On me reproche d’avoir fait des scènes avec des personnages féminins ridicules mais le sketch se base sur des publicités et tous les personnages sont ridicules », assure le vidéaste. Il promet de continuer à mettre des personnages féminins avec des rôles « légitimes » dans ses vidéos, et invite les autres créateurs « à faire de même ».

Partager sur les réseaux sociaux