Au Royaume-Uni, Fortnite serait la cause de 5 % des demandes de divorce ayant été émises sur la plateforme Divorce-Online. Bien qu’il soit impossible d’en tirer des conclusions à grande échelle, le chiffre met de nouveau le doigt sur la popularité du jeu phénomène.

Le 7 septembre 2018, un site de divorce en ligne britannique a rapporté que le jeu vidéo Fortnite serait à l’origine de 5 % des 4 665  demandes reçues sur sa plateforme depuis le début de l’année. Bien que le chiffre reste modeste en comparaison du nombre total de divorces dans le pays, le jeu très addictif parvient encore à faire parler de lui.

Le jeu vidéo, raison croissante des demandes de divorce ?

Depuis le 1er janvier 2018, le site Divorce-Online a reçu près de 200 demandes de divorces dont la raison mentionnant Fornite et d’autres jeux vidéo en ligne. Le chiffre équivaut globalement à 5 % des demandes reçues depuis le début de l’année (4 665 en tout). La plateforme se targue d’être un des plus importants sites de demandes de divorce en ligne et donc d’être un bon indicateur des tendances.

Cependant, 106 959 divorces ont été prononcés au Royaume-Uni pour les couples de sexe opposé en 2016. Divorce-Online est donc loin d’être représentatif de l’ensemble des divorces avec ses 4 665 demandes reçues depuis le début de l’année (soit 4 % du total des divorces prononcés). D’autant plus que, pour rappel, une demande n’aboutit pas forcément à un divorce. Au final, il est simplement mis en avant que Fortnite gagne en popularité dans la mésentente entre conjoints. Mais n’est-ce pas le cas de chaque jeu à fort potentiel addictif ?

Avant Fortnite, le cas World of Warcraft

En 2011 d’après le Daily Mail, le site Divorce-Online publiait également une étude dénotant l’impact de World of Warcraft. En tout, 200 femmes auraient rempli des démarches de divorce en raison du comportement addictif de leur compagnon. Chaque année apporte son jeu populaire et impacte de jeunes conjoints.

En juin 2018, l’OMS a officiellement classé l’addiction aux jeux vidéo comme une maladie. Comme toute addiction (alcool, drogues, jeux, pornographie), celle au gaming vient également briser des couples. Il faudrait mener une étude à très large échelle pour savoir si l’addiction aux jeux vidéo prend véritablement de plus en plus d’ampleur dans les raisons menant un couple au divorce, ou si elle n’est qu’une tendance stagnante dont seul le titre du jeu change.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.