Les dernières notes du générique de fin de l'épisode VIII résonnent encore dans votre tête. Que vous l'ayez aimé ou non, peu importe, vous n'avez plus qu'une obsession : le prochain épisode ! Mais l'attente va être longue. Très longue. Trop longue. Par chance, nous sommes fans de Star Wars. Et de jeux de société. Voici donc quelques recommandations pour vous aider à patienter.

Comme toutes les grandes œuvres cinématographiques, Star Wars traine son cortège de produits dérivés. Et les jeux de société n’y échappent pas.

Par chance, beaucoup d’entre eux sont, assez étonnamment, (très) bons. Attention cependant, ils sont souvent à la démesure du produit originel : longs, complexes, volumineux et dispendieux. Tout le contraire de nos recommandations ludiques hebdomadaires habituelles. Nous nous devions de vous mettre en garde. Le côté ludique de la force essayer vous devriez.

Bref, voici les trois jeux de société qui retranscrivent le mieux, selon nous, l’essence de la saga. Ceux qui vous permettront de revivre le plus fidèlement les aventures de vos héros ou vilains préférés.

Assaut sur l’Empire

Comment ça fonctionne

D’un côté de la table, l’Empire, le joueur qui contrôle les puissantes et nombreuses forces impériales. En face, les joueurs Rebelles qui disposent chacun d’un héros de la résistance. Et au milieu de la table, un ensemble de tuiles assemblées façon puzzle, qui constitue le terrain de jeu de la mission en cours.

Star Wars : Assaut sur l'Empire

Un joueur Rebelle active sa figurine et effectue deux actions parmi plusieurs possibles. Il peut ainsi se déplacer de plusieurs cases sur le plateau, interagir avec un élément du décor (pousser une caisse, ouvrir une porte…), se reposer, effectuer une action spéciale qui lui est propre, ou enfin attaquer un ennemi.

Puis le joueur impérial fait de même, avec toutes les figurines d’un même groupe de déploiement. Puis un autre joueur Rebelle, puis à nouveau l’Empire et ainsi de suite jusqu’à ce que toutes les figurines aient été activées.

Les attaques, au corps à corps ou à distance, se résolvent à l’aide de dés spéciaux. On compare le résultat de l’attaquant à celui du défenseur et on inflige un certain nombre de dégâts. Une figurine est vaincue, donc retirée du jeu, dès qu’elle en a reçus autant que sa santé le permet. Les attaques à distance ajoutent des contraintes supplémentaires comme la ligne de vue ou la précision qui dépend de la distance de tir.

Le jeu propose également des capacités spéciales propres aux unités, la gestion du stress des héros pour accomplir des exploits, etc. Bref, l’ensemble est très complet et permet de parfaitement se projeter dans un combat rapproché tel qu’on en voit dans les films.

Chaque mission détermine quand et comment elle se termine. Les objectifs de chaque camp sont différents et variés en fonction du scénario joué.

Star Wars : Assaut sur l'Empire

En plus des missions, le jeu propose aussi des escarmouches, dans lesquelles deux joueurs s’affrontent après avoir constitué leurs armées respectives. Ça a le mérite d’exister, mais ce n’est clairement pas notre mode de jeu préféré.

En revanche, et c’est la raison de sa présence dans cette sélection, Assaut sur l’Empire propose de jouer en campagne. C’est-à-dire une succession de missions reliées entre elles par une intrigue progressive. Les personnages gagnent en expérience au fur et à mesure des parties et acquièrent de nouveaux objets et compétences. Il n’y a pas vraiment de gagnant à l’issue d’une mission, mais certains résultats sont plus favorables à un camp qu’à l’autre. Le but final de la campagne est de remporter la dernière mission. Ce ne sera pas la même d’une campagne à l’autre, puisque les résultats des missions intermédiaires et les directions prises par les Rebelles déterminent laquelle des missions finales sera jouée.

Pourquoi c’est bien

Pour les connaisseurs, Assaut sur l’Empire reprend le principe de Descent, mais en remplaçant le thème heroic fantasy par celui de notre saga préférée.

Les parties ne sont pas trop longues (comptez deux heures parfois quand même) et les règles, une fois assimilées, plutôt fluides. C’est un très bon jeu pour jouer avec des pré-ados ou des personnes moins habituées aux jeux de société mais passionnées par l’univers. Assaut sur l’Empire propose en effet un tutoriel très bien conçu pour s’y mettre en douceur et l’aspect coopératif permet de s’aider les uns les autres sans être complètement largué.

Une expérience exaltante

Son gros intérêt est bien évidemment la possibilité de jouer en campagne. Faire évoluer les personnages et avoir un impact sur le déroulement de cette dernière en fonction de ses choix est vraiment palpitant et donne envie d’y revenir régulièrement. L’aspect asymétrique entre le joueur de l’Empire, puissant et au fait de tous les secrets des missions, et les Rebelles, qui allient leurs forces et découvrent les pièges des scénarios petit à petit, est l’autre gros point fort du jeu.

Sa durée de vie est colossale, puisque la boite de base est composée de trente missions, sachant qu’une campagne en comprend onze. Votre seconde campagne prendra très probablement une direction différente de la première. Tout comme les suivantes.

Star Wars : Assaut sur l'Empire

Et si vous pensez avoir fait le tour de la boite de base, sachez que cinq grosses extensions sont déjà disponibles pour prolonger le plaisir : Ombres Jumelles, Retour sur Hoth, Le Gambit de Bespin, Le Royaume de Jabba et Au Cœur de l’Empire. Chacune propose du matériel supplémentaires (tuiles, figurines, etc.) et plusieurs scénarios, indépendants ou faisant suite à la campagne principale. Sans oublier les dizaines de figurines des plus célèbres personnages de la saga (Boba Fett ou Han Solo par exemple), vendues à l’unité. Chacune accompagnée du nécessaire pour l’intégrer dans n’importe quelle campagne.

À noter pour terminer l’application officielle Legends of the Alliance (sur App Store, Steam,  Amazon et Google Play), mise en ligne tout récemment. Uniquement en anglais pour le moment, mais une version traduite est prévue. Elle propose une campagne en cinq scénarios, entièrement coopérative où l’Empire est géré par l’application : le placement des tuiles, des ennemis, les missions, etc. Elle prend même en compte vos extensions pour une expérience encore plus riche. Nous n’avons pas encore eu l’occasion de l’essayer, mais ça donne rudement envie. D’autant plus qu’elle est gratuite.

Par contre, si vous cherchez un jeu d’escarmouche, attendez plutôt Légion, dont la sortie est prévue au premier trimestre 2018. On trépigne d’impatience.

Bref, avec Assaut sur l’Empire, c’est une aventure de longue haleine qui vous attend, une expérience exaltante sur plusieurs séances de jeu. Si vous êtes fan de Star Wars, que vous avez du temps et un groupe de joueurs motivés, c’est LE jeu à ne pas rater.

  • Star Wars Assaut sur l’Empire est un jeu de Justin Kemppainen, Corey Konieczka et Jonathan Ying
  • Édité par Fantasy Flight Games
  • Pour 2 à 5 joueurs à partir de 14 ans
  • Pour des parties d’environ 1 à 2 heures
  • Au prix de 89,95 € chez Philibert

Rébellion

Comment ça fonctionne

Au milieu de la table, la galaxie toute entière, ou presque, sur un énorme plateau de jeu.

D’un côté, l’Empire, armé jusqu’aux dents, et dont les troupes sont avantageusement réparties sur les différents systèmes. De l’autre, les Rebelles, aux forces beaucoup plus modestes, à peine quelques unités. Mais avec un avantage énorme : leur base est tenue secrète. Et c’est tout le sel du jeu.

Star Wars : Rébellion

Tout au long de la partie, l’objectif des deux camps est totalement différent. Pour l’Empire, il s’agit de dénicher et anéantir la base ennemie. Les Rebelles, de leur côté, doivent retarder l’échéance suffisamment longtemps pour étendre leur influence.

En plus des troupes armées, chaque camp dispose également de personnages emblématiques de la série, plus ou moins efficaces dans différentes compétences (diplomatie, renseignement, etc), ainsi que de cartes missions.

Une première phase de programmation, consiste à affecter ses personnages à ses objectifs secrets. Lors de la phase suivante du tour, on les envoie en mission, on essaye éventuellement de contrer les tentatives adverses, et on déplace ses troupes sur le plateau. Évidemment, les unités au sol ne peuvent se déplacer vers une autre planète sans l’aide d’une troupe spatiale. Vient enfin la troisième et dernière phase durant laquelle on déploie essentiellement des troupes nouvellement construites grâce aux ressources produites sur les systèmes loyaux ou soumis.

Star Wars : Rébellion

Si des unités ennemies se croisent lors de la phase de déplacement, un combat s’engage. Celui-ci se résout aux dés, jusqu’à l’anéantissement ou la fuite d’un des deux camps. Les personnages qui accompagnent nos troupes nous aident à combattre grâce à des cartes tactiques.

La partie prend fin de deux manières possibles. Soit par une victoire de l’Empire, s’il trouve et détruit la base Rebelle, grâce aux droïdes sonde restreignant les possibilités au fur et à mesure de la partie. Soit par une victoire des Rebelles, grâce à un astucieux système de double marqueurs de temps. Le marqueur impérial avance inexorablement d’une case par tour. Celui des Rebelles, en revanche, avance uniquement par des subterfuges, des tactiques de guérilla et de la diplomatie. Le croisement des deux marqueurs signifie qu’ils ont gagné suffisamment de temps pour déclencher un soulèvement galactique et renverser l’Empire. Évidemment, si les Rebelles ne réalisent pas assez de coups d’éclat, le temps leur manque et la défaite est inéluctable.

Pourquoi c’est bien

Vous aimez Star Wars et souhaitez réécrire l’histoire à votre sauce ? Rébellion est un condensé ludique de tout ce que peut proposer cet univers. Les principaux personnages, des figurines de véhicules, soldats et vaisseaux par dizaine, les planètes les plus connues, des missions, etc. Mais tout cela a un prix. En argent tout d’abord. Mais en temps également, que ce soit pour l’apprentissage des règles ou les parties en elles-mêmes.

Mais une fois dans le jeu, il nous happe littéralement. On est pris dans l’ambiance et on ne voit pas le temps passer, malgré une durée vertigineuse. Les allers-retours vers les règles sont fréquents lors des premières parties. Mais le jeu en vaut largement la chandelle. D’autant plus que l’ensemble s’avère plutôt fluide au final.

Énorme, palpitant, passionnant

Le stress monte petit à petit, tant du côté de l’Empire que des Rebelles. Les premiers, malgré leur force de frappe et leurs nombreuses troupes, peinent à trouver et à déloger la base des rebelles. Ces derniers voient peu à peu l’étau se resserrer et tentent souvent le tout pour le tout en fin de partie pour échapper aux mailles du filet impérial.

Star Wars : Rébellion

Puissance de feu et intuition d’un côté. Bluff, culot et prise de risque de l’autre. Rébellion est un jeu asymétrique, c’est l’une de ses forces. Mais ce n’est pas la seule.

Le rendu thématique et l’ambiance le sont également. On soupèse longuement toutes ses décisions. On croise les doigts à chaque lancer de dés, même le plus désespéré. Souvent on hésite à envoyer ses meilleurs personnages en mission. On frémit quand un croiseur impérial s’approche de notre base secrète. Et on jubile quand on parvient à rallier dans nos rangs un héros de la résistance. Quand le paroxysme est à son comble, après plusieurs heures de jeu intenses, l’un des camps parvient, souvent in extremis, à l’emporter.

Bref, Rébellion est à l’image de la saga : énorme, palpitant, passionnant. Et long. Mais surtout, indispensable.

  • Star Wars Rébellion est un jeu de Corey Konieczka
  • Édité par Fantasy Flight Games
  • Pour 2 à 4 joueurs à partir de 14 ans
  • Pour des parties d’environ 3 à 4 heures
  • Au prix de 89,95 € chez Philibert

X-Wing

Comment ça fonctionne

Un escadron de deux chasseurs TIE fait face un X-Wing solitaire. Le but de chaque camp : détruire le(s) vaisseau(x) adverse(s).

Chaque joueur choisit secrètement, à l’aide d’un petit cadran, la manœuvre de chacun de ses vaisseaux. Chacune d’elles comprend trois informations : la direction (ligne droite, virage léger, serré ou demi-tour), la vitesse et la difficulté. En effet, les vaisseaux ont tous des caractéristiques différentes et certains ont plus ou moins de difficultés pour manœuvrer.

Star Wars : X-Wing

Puis, dans l’ordre du niveau de pilotage des pilotes, les vaisseaux sont déplacés à l’aide d’un gabarit cartonné correspondant à la manœuvre. Ils peuvent ensuite effectuer une action en fonction de leurs capacités, comme acquérir une cible, se concentrer pour mieux viser, effectuer un tonneau pour ajuster leur position, etc.

Vient enfin la phase de combat. Il s’agit d’abord de vérifier si la cible potentielle est bien dans l’arc de tir et à portée de l’assaillant. Tous deux lancent ensuite plus ou moins de dés d’attaque et de défense en fonction de l’arme utilisée, de l’agilité du pilote et différents autres facteurs. Les vaisseaux accumulent des dégâts jusqu’à atteindre leur valeur de coque auquel cas ils sont détruits.

De nombreuses autres petites règles viennent apporter de la variété et des possibilités de jeu : stress, boucliers, dégâts critiques, obstacles, armes secondaires, etc. Tout est fait pour nous plonger dans l’ambiance.

Star Wars : X-Wing

Dès qu’un joueur perd son dernier vaisseau, il perd également la partie. Du moins dans la première mission servant de tutoriel. La boite en propose trois de plus, avec des objectifs et une manière de jouer différente : escorte, courses dans les astéroïdes et récupération de satellites avant de fuir par un côté de la zone de jeu.

Pourquoi c’est bien

Que celui qui n’a pas les yeux qui brillent en se remémorant la première fois qu’il a vu l’assaut de l’Étoile Noire de l’épisode IV me jette le premier sabre laser. C’est exactement de cela qu’il s’agit dans X-Wing : reproduire les meilleurs combats spatiaux de la saga. Et c’est une vraie réussite.

Au niveau du matériel pour commencer, puisque le jeu contient de magnifiques figurines de vaisseaux, détaillées et joliment peintes (eu égard à leur taille). L’immersion est totale.

Mais surtout mécaniquement, car les parties de X-Wing sont tendues, nerveuses, dynamiques. Les vaisseaux virevoltent dans tous les sens grâce aux différentes manœuvres, les rayons lasers, torpilles à protons et autres projectiles fusent à tout va.

Des parties tendues, nerveuses et dynamiques

Mais attention, si la boite de base permet de bien s’amuser sur quelques parties, on est rapidement tenté d’augmenter la taille de ses escadrons. Ou même de jouer à plus nombreux, en équipe. Nous vous conseillons tout particulièrement d’y jouer à quatre, deux contre deux, chacun dirigeant son escouade. Un régal.

Heureusement (ou malheureusement pour votre compte en banque), l’éditeur a pensé à tout et des dizaines de vaisseaux supplémentaires sont proposés. Y-Wing, Intercepteur Tie et même Faucon Millenium vous permettront de vivre des batailles épiques. Évidemment, chaque vaisseau amène son lot de capacités, de nouveaux pilotes, des armes spécifiques. Bref, tout ce qu’il faut pour augmenter la diversité des parties.

Star Wars : X-Wing

Les règles demandent un petit temps d’apprentissage, comme tous les jeux de cette sélection, mais c’est le plus accessible des trois. Et surtout le plus rapide, une partie se jouant en moins d’une heure. Il est de fait beaucoup joué en tournoi et de nombreux clubs ou boutiques proposent des animations centrées sur X-Wing. Renseignez-vous autour de chez vous, car c’est le meilleur moyen de découvrir de nouvelles stratégies, d’évaluer l’efficacité de votre composition et de trouver de nouveaux compagnons de jeu.

Et si vous préférez monter d’un cran, pour voir s’affronter de gigantesques destroyers impériaux contre des corvettes et frégates Rebelles, lorgnez du côté d’Armada, vous devriez y trouver votre bonheur.

Bref, X-Wing est un jeu nerveux et prenant, reproduisant à merveille les meilleurs combats spatiaux de la saga. Mais si vous accrochez, vous aurez rapidement envie d’enrichir votre expérience de jeu avec des vaisseaux supplémentaires. Nous aussi nous pensions avoir suffisamment de volonté pour nous limiter à une ou deux figurines supplémentaires… grave erreur. Mais quand on aime, on ne compte pas, n’est-ce pas ?

  • Star Wars X-Wing est un jeu de Jason Little
  • Édité par Fantasy Flight Games
  • Pour 2 joueurs à partir de 14 ans
  • Pour des parties d’environ 30 à 45 minutes
  • Au prix de 39,95 € chez Philibert

Les liens de cet article sont affiliés : si vous trouvez votre bonheur grâce à nous, nous touchons une petite commission. On vous explique tout ici.

Article publié initialement le 13 décembre 2017

Partager sur les réseaux sociaux