Découvrez deux jeux de société placés sous le signe du réconfort : Boop et Chocomino.

C’est l’été, mais il fait froid, il pleut, tout le monde part en vacances sauf vous… bref, vous avez besoin de réconfort. Et quoi de mieux que des chats et du chocolat pour se remonter le moral ?

Ça tombe bien, puisque cette semaine, on vous présente Boop, et ses petits chatons tout mignons, ainsi que Chocomino avec ses carreaux de chocolat qui mettent tout autant l’eau à la bouche que des vrais (les calories en moins).

Boop : pousse-toi de là que je m’y mette

« To boop » est un terme familier, consistant à pousser ou tapoter quelqu’un gentiment, généralement sur le nez. Dans notre cas, c’est surtout un petit jeu abstrait, aux règles très simples, mais bigrement malin.

Le but : aligner trois de nos chats, en ligne, en colonne ou en diagonale, sur le lit.

Boop
Source : Lucky Duck Games

À son tour, on place un de ses pions sur une case vide du plateau. Ce dernier pousse alors tous les pions voisins (les nôtres tout autant que ceux de l’adversaire) d’une case en ligne droite. Ce faisant, si un pion tombe du lit, il retourne dans la réserve de son propriétaire.

En début de partie, on dispose de huit chatons. Si on parvient à en aligner trois, on les remet dans la boîte et on récupère trois chats adultes à la place.

De la même manière, si on aligne une combinaison de trois chatons et chats, on écarte les chatons pour les remplacer par des chats.

Et si on aligne trois chats adultes, on remporte la partie.

Deux petites subtilités tout de même : deux pions côte à côte ne peuvent pas être poussés, et si les chats peuvent pousser les chatons, l’inverse n’est en revanche pas possible (ils sont trop petits pour pousser un gros chat confortablement installé).

Boop
Source : Lucky Duck Games

Et c’est tout. Des règles effectivement très simples donc, mais une profondeur stratégique qu’on ne soupçonne pas quand on voit la boîte et son gros chat tout mignon.

S’il est tout à fait possible d’y jouer avec des enfants, ou des novices en matière de jeux de société, il est tout de même préférable que les deux adversaires aient le même niveau. En effet, comme dans tous les jeux abstraits, une trop grande différence d’expérience se ressent fortement et rend les parties à sens unique.

La plupart des parties sont assez rapides, mais certaines peuvent traîner jusqu’à la demi-heure, selon que les joueurs se gênent plus ou moins.

Un jeu simple, malin, épuré, avec un matériel tout choupi (même si finalement, on aurait préféré une boîte plus petite sans ce plateau en tissu molletonné). Une sorte de mélange entre Puissance 4 et les Dames, dans lequel on passe son temps à essayer d’envisager toutes les possibilités avant de poser son pion.

Vous pouvez même y jouer en ligne sur Board Game Arena, mais on y perd forcément le côté mignon du matériel.

En bref

Chocomino, pour jouer entre gourmands

Dans Chocomino, votre but est de créer la plus grande surface de carrés connectés de votre saveur de chocolat.

En début de partie, la zone de jeu est vide, et chaque joueur commence avec quatre tuiles en main. Chaque tuile est découpée en quatre carreaux de chocolat, et divisée en deux ou trois des saveurs possibles (noir aux amandes, lait au caramel ou blanc au biscuit).

Chocomino
Source : FoxMind

À son tour, on place simplement une de ses tuiles dans la zone de jeu selon deux contraintes : elle doit être connectée au moins à un morceau de chocolat identique, et doit toucher au moins deux morceaux (d’une ou plusieurs autres tuiles).

Chocomino
Source : FoxMind

On peut également, pour agrandir sa zone ou diviser une zone adverse, empiler sa tuile sur des tuiles déjà en place. Là encore, selon quelques contraintes simples. On y pose alors un jeton de sa saveur, ce qui empêche un autre empilement ultérieur. Mais attention, car une fois ses trois jetons dépensés, cette action n’est plus possible.

La partie prend fin quand toutes les tuiles ont été posées, et le joueur avec la plus grande zone connectée est déclaré vainqueur.

À l’instar de Boop, les règles de Chocomino sont vraiment simples et accessibles à tout le monde. Mais là où des joueurs habitués prendront plaisir à jouer au premier, le second est plutôt réservé aux novices, ou aux enfants.

En effet, sa profondeur est bien moindre, et on se rend rapidement compte qu’on ne maîtrise finalement pas grand-chose dans la partie. Si vous êtes expert en jeux, passez votre chemin.

Toutefois, il en faut pour tous les goûts, et il faut bien avouer que les visuels, la taille de la boîte, son accessibilité, la durée des parties et son petit prix sont parfait pour initier des débutants.

On préfère y jouer à trois, configuration qui permet de nouer des alliances temporaires, et surtout à quatre, en deux équipes de deux qui jouent en alternance.

En bref

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.