Split, la série lesbienne diffusée sur France TV Slash, est disponible depuis le 24 novembre 2023. Seulement, tous les épisodes ne sont pas visionnables au même moment : le quatrième ne peut pas être diffusé en journée, à cause d’une règle bien particulière.

Si vous avez essayé de regarder l’épisode 4 de Split, l’excellente série d’Iris Brey, vous avez peut-être été coupé dans votre élan de manière inattendue. Les épisodes sont disponibles depuis le 24 novembre 2023 en streaming sur le site de France TV, mais pour le numéro 4, un message surprenant apparait en journée. « Cette vidéo est déconseillée aux moins de 16 ans », peut-on lire à la place de l’épisode. « Elle sera disponible entre 22h30 et 5h ».

Ce message lorsqu'on essaie de regarder l'épisode 4 de Split en pleine journée // Source : Capture d'écran Numerama
Ce message s’affiche lorsqu’on essaie de regarder l’épisode 4 de Split en pleine journée

Dans une autre vidéo, diffusée elle sans limitation horaire sur le site de France TV, Alma Jodorowsky, qui incarne l’une des héroïnes de Split, s’amuse d’ailleurs de cette décision. « En attendant la nuit, vous pouvez faire tout un tas d’activités : vous couper les ongles, lire Thérèse et Isabelle, lire votre horoscope […], muscler votre avant-bras, vous faire tatouer un cœur, danser sur Sexy Sushi, ou sortir de l’hétérosexualité.» Tout un programme très sympathique et lesbien, mais qui n’explique pas vraiment la décision de France TV de ne diffuser l’épisode que la nuit.

Un épisode déconseillé aux moins de 16 ans à cause d’une scène particulière

La raison tient dans une scène de sexe, qui, malgré les différents montages proposés au diffuseur, l’a poussé à classer l’épisode « interdit aux moins de 16 ans ».

« Aujourd’hui, en France, c’est trop tabou de montrer une femme qui squirt [le fait pour une femme ‘d’éjaculer’, ndlr] et de la cyprine sur les doigts », a regretté la réalisatrice de la série, Iris Brey, dans une interview accordée à Numerama.

« Pour moi, la scène de squirt n’est pas du tout explicite. On nous parle tout le temps de censure, mais avoir un épisode 4 qui disparaît d’une plateforme parce qu’il y a une scène de squirt entre deux femmes, ça raconte quelque chose. »

L'épisode 4 de Split n'est pas visionable en journée // Source : France TV Slash
L’épisode 4 de Split n’est pas visionnable en journée // Source : France TV Slash

Pourquoi les contenus déconseillés aux moins de 16 ans ne sont-ils pas diffusés en journée ? C’est une décision prise par le CSA, le Conseil supérieur de l’audiovisuel [qui est depuis 2022 devenu l’Arcom], dès sa création en 1989. Afin de protéger les mineurs, « le CSA a fixé l’obligation pour les chaînes de télévision de ne pas diffuser d’émissions érotiques ou d’incitation à la violence entre 6h et 22h30 », est-il expliqué sur internet.

Chaque programme diffusé doit être au préalable évalué par « un comité de visionnage, responsable de la classification des programmes », et ce pour n’importe quelle chaîne. Or, cette obligation concerne également les services de streaming. « Il existe un dispositif similaire sur les services audiovisuels à la demande comme la télévision de rattrapage ou la vidéo à la demande », est-il précisé. « Ce dispositif est d’autant plus utile qu’à tout âge, nous sommes enclins à accéder de façon individuelle aux médias à la demande, en fonction de nos goûts et de nos instants de loisirs personnels. »

Et pour les personnes vivant en outre-mer, où dans un créneau horaire différent ? Devront-ils regarder l’épisode en décalage pour suivre l’heure de Paris ? Pas de panique, selon France TV Slash. Interrogée par Numerama, l’équipe de production de Split nous a confirmé que la limitation se faisait « en fonction de l’heure chez eux ». Pas besoin pour eux de se lever au milieu de la nuit pour le voir absolument.

Si jamais vous êtes bloqués en attendant la sortie de l’épisode 4, vous pouvez faire passer le temps en regardant une autre série : retrouvez notre sélection des meilleures séries lesbiennes disponibles en streaming en France.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.