Aidez Charles Darwin à rédiger son Origine des espèces, en explorant le monde pour compléter vos connaissances sur la vie animale. Partez Sur les traces de Darwin, notre jeu de société de la semaine.

C’est quoi, le jeu de société Sur les traces de Darwin ?

Vingt ans après son tour du monde, Charles Darwin est en pleine rédaction de son ouvrage de référence. Mais, il a besoin de vous, jeunes naturalistes, pour approfondir ses connaissances sur la vie animale des continents pas ou peu visités. Lequel d’entre vous aidera au mieux le célèbre savant ?

Accessible à partir de 8 ans, voici un jeu qui se pratique tout aussi bien en famille qu’entre amis, pour 2 à 5 joueurs, pour des parties d’une trentaine de minutes.

Édité par Sorry We Are French, Sur les traces de Darwin est un jeu de Grégory Grard et Matthieu Verdier, illustré par Maud Briand et David Sitbon, et commercialisé au prix de 33,90 € chez Philibert.

Comment y joue-t-on ?

Mise en place

La mise en place est simple et rapide.

Chaque naturaliste reçoit son propre carnet, un plateau personnel formé d’un tableau de quatre colonnes (pour les continents : Amérique, Afrique, Asie et Océanie) et quatre lignes (pour les classes d’animaux : arthropodes, mammifères, oiseaux et reptiles).

Sur les traces de Darwin
Une partie à deux, chacun avec son carnet de naturaliste. // Source : Sorry We Are French

Au centre de la table est déployé le plateau de voyage, sur lequel sont placées aléatoirement neuf tuiles d’animaux, dans un carré de trois par trois. Un petit bateau, le Beagle à bord duquel voyageait Darwin, commence sur son point de départ, au-dessus de la colonne centrale du carré, autour duquel il se déplacera durant la partie.

S’y ajoutent quelques éléments supplémentaires, mais nous avons décrit l’essentiel.

Déroulement d’une partie

Le premier joueur choisit une tuile dans la colonne où se trouve actuellement le Beagle. Ce dernier est ensuite déplacé d’un nombre de cases qui dépend de la tuile prise : d’une, deux ou trois cases, selon qu’il s’agit de la première, deuxième ou troisième tuile de la colonne.

Ce nouvel emplacement détermine la ligne ou la colonne dans laquelle le joueur suivant pourra se servir.

Chaque animal appartient à une des quatre classes, et vient d’un des quatre continents. Le joueur place donc la tuile choisie sur son plateau personnel, à l’emplacement adéquat.

Sur les traces de Darwin
Le plateau de voyage, avec le Beagle et les animaux disponibles à ce tour. // Source : Sorry We Are French

Les animaux apportent l’un ou l’autre bonus, notamment différentes manières de marquer des points de victoire, ou la possibilité de récupérer un guide. Ils permettent, plus tard dans la partie, d’avancer ou de reculer le Beagle pour nous arranger, ou de renouveler les animaux récupérables.

Compléter une ligne ou une colonne de son carnet rapporte également des points de victoire. De la même manière, si on pose une tuile sur une case déjà occupée, la précédente n’est plus visible, donc ne compte plus, mais en contrepartie on récupère un objectif bonus qui marque des points selon un critère précis (1 point par oiseau, 1 point par animal d’Afrique…).

Enfin, on place un nouvel animal sur la case vide, et le joueur suivant en sélectionne un à son tour, dans la ligne ou la colonne où se trouve maintenant le Beagle.

La partie s’arrête lorsque la pioche des animaux est épuisée. Tout le monde calcule son score final, et le plus gros total l’emporte.

Pourquoi y jouer ?

Soyons clairs, Sur les traces de Darwin ne révolutionne pas le monde ludique. Il n’invente rien, ne propose pas une mécanique inédite ou une nouvelle manière de jouer.

En revanche, et c’est sa grande force, et la raison pour laquelle nous vous le présentons, c’est un jeu extrêmement agréable à pratiquer.

Sur les traces de Darwin
Source : Sorry We Are French

Visuellement tout d’abord, on est plongé dans le thème. Les plateaux de chaque joueur s’ouvrent comme de vrais carnets. Chaque animal est illustré avec soin, comme sorti tout droit d’un recueil d’un naturaliste de l’époque victorienne.

Ce respect scientifique va bien plus loin. Même si l’impact ludique est nul, on apprécie la petite biographie de Darwin en début de règle, avec des croquis d’époque, la description des différents personnages, la présence des noms latins sur les tuiles. Un petit livret pédagogique est également fourni, dans lequel chaque animal est présenté. On sent que les auteurs et l’éditeur ont vraiment travaillé leur sujet, et que le thème a été choisi avec soin.

Au-delà de cet aspect thématique parfaitement amené, le jeu est surtout agréable grâce à ses mécaniques. Les tours sont fluides et rapides (on choisit une tuile parmi trois possibles, au suivant). Les règles sont simples, s’expliquent en quelques minutes, même si les manières de marquer des points sont nombreuses.

Le public cible est ainsi très large. Aussi bien familial, pour y jouer avec vos enfants, vos parents, etc., qu’avec des amis, novices ou experts. Une partie se joue alors soit en dilettante, de façon légère, ou de manière nettement plus réfléchie, où chaque coup est soupesé, pour maximiser son score.

Même s’il n’apporte rien de vraiment neuf, Sur les traces de Darwin va à l’essentiel : le plaisir de jeu. Grâce à ses règles simples et ses tours rapides, vous pourrez le proposer à tout le monde. L’édition particulièrement réussie rend les parties encore plus agréables. On plonge ainsi dans le thème grâce aux très jolies illustrations, et à toutes les notions scientifiques abordées dans les livrets. Cerise sur le gâteau, le tout est proposé dans une boîte bien dimensionnée, adaptée au contenu. Bref, un excellent jeu qui ne souffre d’aucun défaut.

Attention à ne pas le confondre avec Darwin’s Journey, sorti presque en même temps. Si les thématiques sont évidemment très proches, les deux n’ont rien à voir, le second étant nettement moins familial (pas du tout même).

En bref

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.