Créez l’intérieur le plus douillet en disposant correctement vos plantes pour bénéficier du meilleur ensoleillement. C’est Verdant, notre jeu de société ultra cosy de la semaine.

Qu’est-ce que le jeu de société Verdant ?

Dans Verdant (« verdoyant » dans la langue de Nicolas le Jardinier), vous incarnez des passionnés de plantes d’intérieur. En plaçant judicieusement vos plus beaux spécimens, pour leur faire profiter de l’ensoleillement adapté, vous essayez de donner à votre maison l’atmosphère la plus chaleureuse et douillette possible.

Accessible à partir de 10 ans, pour 1 à 5 joueurs, le jeu peut se jouer en famille ou entre amis, avec des parties d’environ 30 à 45 minutes.

Édité par Lucky Duck Games, Verdant est un jeu de Molly Johnson, Robert Melvin, Aaron Mesburne, Kevin Russ et Shawn Stankewich, illustré par Beth Sobel, et commercialisé au prix de 34,50 € chez Philibert.

Comment jouer à Verdant ?

Mise en place

La mise en place est simple et rapide, puisqu’elle consiste essentiellement à installer le marché duquel on récupère nos cartes en cours de partie. Sur la ligne du haut, on dispose quatre cartes Plante piochées aléatoirement. Sur celle du bas, quatre cartes Pièce de maison. Et entre les deux rangées, quatre jetons piochés dans un sac.

Verdant
Une partie à quatre en cours // Source : Lucky Duck Games

Enfin, chaque joueur reçoit une carte Plante et une carte Pièce au hasard, et les place devant lui, l’une à côté de l’autre : c’est le début de votre petit chez vous.

Déroulé d’une partie

Chacun son tour, on sélectionne une des quatre colonnes du marché, on y prend le jeton et l’une des deux cartes (soit la plante, soit la pièce), qu’on place dans sa maison. Les cartes Plante doivent être placées à côté d’une carte Pièce, et vice versa.

Chaque plante est caractérisée par une ou plusieurs préférences d’éclairage (plein soleil, mi-ombre ou ombragé), et chaque bord de pièce indique l’une de ces conditions d’éclairage (on imagine une baie vitrée qui laisse passer les rayons du soleil, un mur plein, une fenêtre, etc.).

Verdant
Exemples de plantes // Source : Lucky Duck Games

Le but est de faire correspondre du mieux possible ces deux éléments. Car, à chaque fois qu’on ajoute une carte dans notre maison, on augmente le verdoiement des plantes concernées, si les conditions d’éclairage sont réunies.

Quand une plante a reçu suffisamment de petits pions de verdoiement, elle est mise en pot, et rapportera des points de victoire en fin de partie.

En plus de la carte, on récupère donc également un jeton. Soit un jeton d’entretien (engrais, arrosoir ou transplantoir) permettant de verdoyer nos plantes plus rapidement, soit un jeton d’embellissement (fauteuil, étagère, chat endormi, poisson dans son bocal, etc.) pour enjoliver nos pièces.

Verdant
Source : Lucky Duck Games

On réapprovisionne ensuite le marché, puis c’est au suivant. La partie s’arrête quand tout le monde a rempli sa maison.

Chacun compte alors ses points selon les plantes empotées, les pots utilisés (les pots en bois ou en céramique rapportent plus que les vilains pots en terre cuite), l’embellissement de ses pièces, la diversité de ses plantes, etc., et le plus gros score l’emporte.

Pourquoi jouer à Verdant ?

Amateurs ou amatrices de plantes d’intérieur, Verdant a de solides arguments pour vous séduire. Ne serait-ce que par les magnifiques illustrations de la soixantaine de plantes, toutes différentes.

Mais au-delà de son aspect graphique, c’est surtout un jeu très agréable, à l’ambiance particulièrement chill, en parfaite adéquation avec son thème.

Verdant
Source : Lucky Duck Games

Issu de la même collection que Cascadia et Calico, il est très proche du premier, mais plus facile d’accès, car les possibilités sont moins nombreuses. Il est par contre nettement plus accessible que le second, qui fait vraiment griller les neurones.

Ce n’est pas un jeu simpliste pour autant. Même si les règles sont simples (je prends une carte, je la place dans mon aire de jeu), il offre tout de même un challenge intéressant, et plaira particulièrement aux amateurs de puzzles et d’optimisation. Il demande une bonne dose de réflexion pour prendre en compte les nombreuses manières de marquer des points, et pour déterminer les plus intéressantes selon la situation.

En dehors des illustrations des plantes, qu’on croirait sorties d’une encyclopédie, le reste du matériel est tout aussi réussi, notamment les petits pots ou les pions en forme de feuille. On regrette juste la totale abstraction des cartes Pièce qui ne présentent qu’un fond coloré. On aurait aimé des détails de salon, de chambre, pour s’immerger encore plus.

Verdant
Source : Lucky Duck Games

Amateurs de jeux solo, passez votre tour, ce mode ne nous a pas vraiment enthousiasmés. De même, à cinq joueurs, les parties trainent en longueur, et l’attente d’un tour à l’autre est trop importante. Préférez les configurations à deux, trois ou quatre joueurs.

L’interaction, sans être absente, est indirecte. On n’a aucune influence sur la manière de jouer de nos adversaires. La seule chose sur laquelle on peut éventuellement influer consiste à prendre une carte ou un jeton en premier… encore faut-il que ça nous intéresse. On ne peut pas vraiment se permettre de gaspiller un tour. Cela participe également à l’ambiance calme et reposante mise en place par le jeu.

Si vous cherchez un jeu cosy et relaxant, à l’ambiance chill, et qu’en plus vous êtes passionné par les plantes, courez ajouter Verdant à votre ludothèque. À jouer un dimanche après-midi pluvieux, avec une tasse de chocolat chaud et des petits biscuits ! Malgré ses règles simples, qui le rendent accessible à tout le monde, il plaira aux amateurs d’optimisation et de puzzles. Cerise sur le gâteau, le très chouette matériel, et surtout les très belles illustrations, ajoutent encore davantage au plaisir d’y jouer.

En bref


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.