Microsoft a lancé par surprise Hi-Fi Rush, un jeu d’action rythmique qui est disponible sur PC, Xbox et Xbox Game Pass. Après quelques niveaux, on comprend tout de suite pourquoi la recette est excellente.

Si vous ne vous êtes pas encore lancés dans l’aventure Hi-Fi Rush, vous n’allez sûrement pas tarder à vous faire embarquer, tant le buzz commence à prendre.

Microsoft avait concocté une surprise de taille pour son Developer_Direct diffusé le 25 janvier — sa première prise de parole réussie de 2023 (et pas seulement grâce aux images flamboyantes de Forza Motorsport). À l’occasion de cette conférence, on a découvert l’existence du fameux Hi-Fi Rush, un jeu d’action disponible sur PC, Xbox et Xbox Game Pass. On appelle ça du « shadow-drop », et c’est une excellente initiative de la part de Microsoft.

Il s’agit bien du jeu complet et non d’une démo jouable ou d’une version en accès anticipé. Le studio Tango Gameworks, à qui l’on doit les deux jeux d’horreur The Evil Within, a développé Hi-Fi Rush en toute discrétion pour qu’aucune fuite ne vienne gâcher cette sortie inattendue. Intrigués par cette bande-annonce colorée (qui tranche avec ce à quoi nous a habitués Shinji Mikami, père des Resident Evil) et cette direction artistique inspirée, nous avons lancé Hi-Fi Rush le temps de terminer les deux premiers niveaux. On en redemande.

Hi-Fi Rush
Hi-Fi Rush // Source : Capture Xbox

Hi-Fi Rush, ou le petit bonbon de janvier 2023

Dans Hi-Fi Rush, on incarne Chai, rockstar en devenir qui va être considéré comme une anomalie après une opération ratée et perpétrée par une vile entreprise. Et pour cause : son cœur fusionne avec un walkman numérique (un iPod si on veut vulgariser), ce qui aura pour incidence de transformer toute son existence en immense partition. Pour Tango Gameworks, ce postulat de départ est surtout une excuse pour transformer un simple beat them all (jeu d’action où on tape tout le monde) en épreuve rythmique au gré d’une bande son à propos (Nine Inch Nails, The Black Kheys…). Un mariage des genres qui rappelle Metal: Hellsinger, un ersatz de Doom où il faut tirer dans le bon tempo.

Hi-Fi Rush // Source : Capture Xbox
Tony Stark, mais avec un iPod. // Source : Capture Xbox

À quoi sert de taper en rythme ? Outre la propension à vous faire gesticuler sur votre canapé comme un candidat de l’émission Danse avec les stars, cette surcouche musicale s’avère diablement efficace. En enchainant les combos de coups faibles et forts en suivant la mélopée, vous ferez plus de dégâts. Et si le premier niveau laisse entrevoir une expérience plutôt accessible, le défi se corse dès le suivant, entre les ennemis plus variés et le boss qui impose d’apprendre ses attaques. Pour triompher, l’idée n’est pas de taper frénétiquement, mais, parfois, de retarder ses coups pour accomplir de beaux enchaînements. C’est malin et enivrant.

On entrevoit même une jolie marge de progression dans le gameplay. Par exemple, on finit par débloquer un grappin qui peut servir à se hisser vers des lieux plus éloignés, ou à foncer vers les robots méchants pour garder le flow. Vous avez peur de ne pas avoir l’oreille pour être efficace ? Les développeurs ont pensé à une option permettant d’ajouter une aide visuelle (les environnements en sont parsemés, sinon). Il y a un même un outil pour tester la latence de son installation.

Hi-Fi Rush // Source : Capture Xbox
Un gros boss robot ! // Source : Capture Xbox

Les premières minutes dans Hi-Fi Rush sont plus qu’encourageantes pour une raison simple : ça bouge plutôt très bien, avec une nervosité calibrée et adaptée à des combats pêchus. Il y a un plaisir immédiat à incarner Chai, qui recevra le soutien d’alliés au fur et à mesure de l’aventure. Cerise sur le gâteau : il y a un chat mignon, avec lequel on pourra s’amuser entre deux missions (qui durent une quarantaine de minutes et vous octroient une note en fonction de vos prouesses).

A priori, nous ne sommes pas les seuls à être conquis : sur Steam, les premiers avis sont « très positifs ». C’est amplement mérité pour un studio en plein paradoxe : c’est en quittant son genre de prédilection (l’horreur pour un univers accueillant, insouciant et humoristique) qu’il est en train de s’affirmer. Et, une fois encore, on peut remercier le Xbox Game Pass pour mettre en avant ce genre de pépites qui méritent d’être davantage exposées.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !