Les résultats du premier tour des législatives 2022 pour les expatriés montrent une très nette préférence pour le vote par Internet.

Pour les Français de l’étranger, c’est entendu : le vote par Internet a été la modalité préférée pour les élections législatives de 2022. C’est ce qui ressort des résultats du premier tour pour celles et ceux vivant hors de France. Publiés le 6 juin sur le site du ministère des Affaires étrangères, ils montrent le succès du vote en ligne, très loin devant les autres possibilités.

Le premier tour des élections législatives pour les Françaises et les Français vivant dans un autre pays se déroulait du 27 mai au 1er juin. Durant cette période, quatre possibilités leur étaient proposées : voter à l’urne en se rendant au consulat, faire une procuration (ce qui revient au même, il faut que le ou la mandataire se déplace), voter par correspondance ou voter en ligne.

La participation était basse pour ce premier tour, avec seulement 22,51 % des personnes inscrites sur les listes électorales consulaires. Mais elle est un peu plus élevée qu’en 2017. À l’époque, le taux de participation global est de 19 1 %. Cinq ans auparavant, il y avait 717 bureaux ouverts (contre 708 cette année), mais le vote par Internet n’avait pas été autorisé.

Les votants ont largement préféré le vote en ligne

Selon les comptes du Quai d’Orsay, les listes électorales consulaires recensent 1,444 million de personnes. En conséquence, ces 22,51 % de votants représentent environ 325 000 personnes. Et sur ces 22,51 %, la répartition est comme suit : 0,09 % pour le vote par correspondance (moins de 300 personnes), 5,1 % pour le vote à l’urne (un peu plus de 16 500).

Quant au vote en ligne, il a représentants 17,32 % des Français de l’étranger…mais presque 77 % des personnes qui ont participé d’une façon ou d’une autre scrutin. Cela représente donc plus de trois quarts des votants au premier tour des élections législatives, en ce qui concerne les Français et les Françaises de l’étranger. Soit près de 56 300 individus.

De fait, le vote par Internet surclasse largement tout le reste. On peut deviner pourquoi : c’est une solution très commode. Il suffit d’avoir un accès à Internet et le vote est immédiat. Pas besoin de faire des kilomètres (voire des centaines ou des milliers de kilomètres) pour rejoindre son consulat. Pas besoin non plus de s’embêter à poster quoi que ce soit.

Vote par internet
Le vote par Internet est l’une des modalités proposées pour les élections législatives de 2022 pour les expatriés. // Source : France Consulaire

Des soucis techniques relevés avec certains mails

Le vote par Internet se déroule sur un site mis à disposition par l’administration et dont la sécurité a été évaluée par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi). Après son audit, deux tests grandeur nature ont été mis en place pour constater la fiabilité du dispositif. Rien de critique n’a été décelé au point de devoir y renoncer.

La procédure, du côté de l’électeur, prend la forme d’un double envoi séparé : il reçoit son identifiant par mail et le mot de passe sur son numéro de téléphone. Ces codes sont longs de douze caractères. Pour les recevoir, il fallait au préalable livrer ces coordonnées au consulat. Différentes mesures pour chiffrer la connexion et le bulletin ont aussi été prises.

Lors du vote en ligne pour les législatives, il y a toutefois été constaté un bug avec les adresses fournies par le webmail Yahoo. Un problème technique empêchait certains votants de recevoir le mail de confirmation avait été résolu. Du côté d’AOL aussi, des incidents ont été remontés. Embêtant au regard de la notoriété de Yahoo, qui n’est pas un obscur prestataire.

yahoo nouveau logo
Yahoo Mail, qui est pourtant un service bien installé dans le paysage du numérique, a mal été pris en charge lors du scrutin. // Source : Yahoo

Le souci a été annoncé résolu 24 heures avant la fin du scrutin. Il n’en demeure pas moins que ces couacs montrent que la perspective d’étendre le vote en ligne reste relativement incertaine à court terme. Outre les enjeux techniques, le vote en ligne est confronté à une forte défiance, à cause des problèmes en matière de sécurité, de vérifiabilité et de sincérité des opérations.

Dans le cas des Français de l’étranger, la réflexion est légèrement différente : si dans l’Hexagone, il n’y a guère de difficulté à accéder à son bureau de vote, qui est dans la même ville la plupart du temps, les expatriés sont parfois très loin de leur consulat. Il y a un enjeu d’accessibilité autrement plus prégnant. Or, l’accès au vote est une exigence constitutionnelle.

Le deuxième tour pour les expatriés se déroulera du 10 au 15 juin.