Des youtubeuses et youtubeurs inscrits sur Tipeee ont reçu un mail de la plateforme leur demandant de retirer les liens vers des sites concurrents qu'ils avaient mis dans la description de leur profil. Les utilisateurs dénoncent une « hypocrisie » de la part de Tipeee, et vont devoir faire un choix. La plateforme de dons confirme à Numerama avoir envoyé le mail, mais assure ne pas interdire totalement aux internautes de faire de la pub pour ses concurrents.

Depuis le début du mois novembre, certains youtubeurs inscrits sur Tipeee, un site de microdonations, ont reçu un mail de la part de la plateforme. « Je vous écris au sujet du texte que vous avez publié en haut de la présentation de votre page Tipeee », peut-on lire dans les mails, que Numerama a pu consulter. Les youtubeurs visés par le mail sont des vulgarisateurs scientifiques, des historiens ou encore des humoristes. Leur seul point commun est d’avoir écrit, sur leur page de présentation Tipeee, un texte qui mentionne uTip, un service concurrent. Or, c’est justement cette mention qui pose problème aux services de Tipeee.

« Vous pouvez faire la promotion de vos pages uTip et Patreon si vous le souhaitez, […] il suffit de l’ajouter dans l’espace consacré aux liens en haut à gauche de votre page. Cela étant, pour que votre page reste conforme à nos CGU (notamment l’article 7), son espace présentation doit rester consacré à la présentation du projet financé sur Tipeee et ne pas faire la publicité d’un service tiers. Dans l’attente de la fermeture de votre page Tipeee, je vous invite donc à supprimer ce texte en haut de la présentation », se termine le mail.

Tipeee est dans son bon droit en demandant aux créateurs et créatrices de ne pas afficher le nom d’un concurrent sur leurs profils, mais certains youtubeurs dénoncent une certaine « hypocrisie » de la plateforme. Et le choix qu’ils vont désormais devoir faire. Voici pourquoi.

Le mail de Tipeee envoyé à des utilisateurs de la plateforme // Source : Numerama

Que se passe-t-il avec Tipeee et uTip ?

La réputation de Tipeee a souffert ces derniers mois. Alors que la plateforme avait déjà été critiquée par le passé pour sa fiscalité obscure, et pour avoir permis au film complotiste Hold Up de recevoir une grosse quantité d’argent, les gérants de la plateforme ont déclenché une vaste polémique en septembre.

En déclarant qu’il assumait « tout ce qu’il y a sur ce site, du plus antisémite au moins antisémite, et du plus complotiste au moins complotiste » lors d’une émission de Complément d’Enquête dédiée au business des fake news, Michael Goldman, le fondateur de la plateforme, a déclenché la colère de très nombreux youtubeurs. Il était même allé plus loin, en disant que, « tant que ces gens-là n’ont pas été condamnés par la justice pour ce qu’ils disent, je ne vois aucune raison valable et morale de les enlever du site, et je leur dis même que nous, on fera en sorte de les défendre sur le site. »

Ils ont été nombreux, après la diffusion de l’émission, à annoncer leur départ de la plateforme, ou à encourager leurs fans à utiliser une autre plateforme de microfinancement pour faire leurs donations, comme le site français uTip (vanté comme plus éthique, mais qui n’est pas non plus exempt de toute limite).

Or, certains de ces youtubeurs ont publié ce genre d’appels directement sur leur profil Tipeee — et c’est exactement ça qui leur est reproché depuis.

La page Tipeee de la chaîne La Tronche en Biais affiche un message explicatif sur uTip // Source : Capture d’écran Numerama / Tipeee

« Tipeee n’interdit en rien les critiques à son adresse »

Interrogée par Numerama, Tipeee a reconnu l’existence de ces mails. « Tipeee a effectivement envoyé des courriels aux créateurs qui font la promotion de sites tiers sur leur page Tipeee, ce qui contrevient à l’article 7 des CGU », nous a confirmé l’entreprise. Plus précisément, explique-t-elle, ce qui est reproché aux créateurs, c’est le fait de parler de concurrents directs tels que PayPal, Patreon et Utip dans la partie « présentation » de leurs profils. Cet espace « doit demeurer un espace de description des contenus à destination des internautes et se doit donc d’être lisible et sans équivoque quant au site qu’ils ont ou vont utiliser pour soutenir financièrement le créateur », estime la plateforme.

Elle note également que, « conformément à ses valeurs, Tipeee n’interdit en rien les critiques à son adresse et le permet même au sein des pages qu’elle héberge. Tipeee offre la possibilité à tous ses créateurs de proposer sur la partie latérale de leur page Tipeee des liens vers une ou plusieurs plateformes concurrentes, ce que Tipeee est probablement la seule à faire. »

Tipeee autorise uniquement la pub pour le concurrent uTip à cet endroit du profil utilisateur, mais pas dans la description des profils

Enfin, Tipeee nie également avoir menacé les créateurs de fermer leur page. La phrase « dans l’attente de la fermeture de votre page Tipeee, je vous invite donc à supprimer ce texte en haut de la présentation  », qui pourrait faire croire à une menace, aurait été utilisée dans un contexte particulier, puisqu’elle a été envoyée à une personne qui aurait demandé à fermer son compte.

Cependant, la plateforme a reconnu que, si jamais les créateurs n’enlevaient pas la mention et les liens vers uTip ou d’autres concurrents de leur présentation, elle pourrait prendre des sanctions — comme la suppression de leur compte.

Les youtubeurs regrettent « l’hypocrisie » de Tipeee

C’est la youtubeuse et vulgarisatrice scientifique Tania Louis qui a, la première, fait part de son indignation sur son compte Twitter. C’est également elle qui a, la première, dénoncé l’attitude de la plateforme, notamment le chantage fait aux utilisateurs sur la fermeture de leur compte.

Elle n’est pas la seule à être en colère. Thomas Durand, de la chaîne La Tronche en Biais, fait partie de ceux qui ont reçu le mail, et il estime que «  la liberté d’expression n’est pas garantie sur Tipeee ». Contacté par Numerama, il nous explique regretter le manque de cohérence de la plateforme, qui lui donne, comme seule alternative, de fermer sa chaîne s’il refuse d’obtempérer, «  alors même que mes propos ne sont pas susceptibles d’être condamnés en justice […]. Il suffirait que Tipeee ait une position cohérente sur la liberté d’expression, sur l’existence d’une ligne éditoriale […]  et sur la responsabilité qui est la leur vis-à-vis des contenus de désinformation pour qu’aucun problème ne subsiste. »

Hycarius, de la chaîne Histoire Appliquée, condamne aussi ce qu’il considère comme une hypocrisie de la plateforme. Lorsqu’il a reçu son mail, le jour après que Tania Louis a reçu le sien, il a «  rigolé ». « Je n’étais pas du tout surpris, étant donné que j’avais clairement expliqué ce que je pensais de leur façon de faire », indique-t-il. Son profil Tipeee affiche en effet, avec une grande police, un message invitant ces fans à se rendre sur sa page uTip. Il regrette l’attitude de la plateforme, qu’il juge « extrêmement hypocrite ». « Jamais ils n’ont répondu à nos questions, il n’y a pas vraiment de dialogue avec eux. On aurait apprécié avoir des nouvelles d’eux autrement que quand ils veulent qu’on enlève des choses de nos profils. »

Si certains ont, comme Tania Louis ou Thomas Durand, pris la parole publiquement sur le sujet, d’autres ont préféré ne pas en parler sur les réseaux sociaux. Il est donc difficile d’établir un compte précis du nombre de personnes à avoir reçu ce mail  — surtout que, comme Tania Louis l’explique sur Twitter, le sien avait atterri dans son dossier « spam ».

Obtempérer, ou quitter Tipeee ?

Tous les youtubeurs concernés vont devoir faire un choix : accepter les conditions de Tipeee ou bien risquer de voir leur compte fermé. Pour Hycarius, le choix était fait depuis longtemps : « J’avais déjà pris la décision de fermer mon compte, et cela doit être fait dans un mois, donc je ne me pose pas la question. Je vais laisser la description et le lien vers uTip. »

Mais pour les autres, il faudra faire un choix qui n’est pas toujours évident. Copain du Web, un youtubeur qui utilise également uTip depuis quelques temps, a décidé de laisser un lien sur son profil Tipeee. « Ça ne représente pas une grosse somme d’argent, donc je préfère ne rien faire et voir s’ils vont vraiment supprimer ma page », explique-t-il à Numerama. « Mais ce n’est pas facile pour tout le monde : d’autres peut-être vont changer leur description parce qu’ils ont trop besoin de ces revenus ».

« Tipeee a le pouvoir de nous forcer à supprimer des textes sur notre page »

Thomas Durand, du collectif La Tronche en Biais, est dans cette situation, et explique ne pas vraiment avoir de choix. « Aujourd’hui, notre chaîne a besoin des revenus qui nous parviennent via cette plateforme pour continuer à travailler. Tipeee a donc le pouvoir, in fine, de nous forcer à supprimer des textes sur notre page. Nous attendons de voir s’ils souhaitent exercer ce pouvoir. Si Tipeee exige cette suppression sous peine de fermeture de notre page, en désaccord avec leurs propos sur la liberté d’expression, nous serons contraints d’obtempérer. » 

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo