Face à la tension qui n'a cessé de grimper, Blizzard s'est exprimé sur la disqualification du joueur pro d'Hearthstone.

Face à la polémique internationale, Blizzard est sorti du silence. Dans un long communiqué publié le 12 octobre, le président J. Allen Brack a tenu à clarifier le positionnement de son entreprise qui se range toujours derrière la valeur ‘Chaque voix compte’. Pour autant, elle estime que le joueur blitzchung, disqualifié d’un tournoi d’Hearthstone pour s’être exprimé sur la situation à Hong Kong, s’est rendu coupable d’avoir enfreint les règles « qu’il connaissait ». Des règles conçues pour que « les chaînes [de streaming] officielles ne soient qu’à propos du jeu » et au « bénéfice d’une audience globale ». 

En somme, Blizzard n’a pas agi en fonction des propos tenus mais tout simplement parce que blitzchung a osé s’exprimer publiquement sur un sujet sensible. « Si le point de vue opposé avait été partagé de la même manière, nous aurions pris la même décision », justifie J. Allen Brack. Il appuie : « Je tiens à être clair : nos relations en Chine n’ont eu aucune influence sur notre décision. »

Hearthstone Grandmasters // Source : Brian Kibler (via Medium)

Blizzard justifie sa décision

En quelque sorte, s’il se veut le plus bienveillant et inclusif possible, Blizzard tient à faire régner l’ordre dans ses tournois eSport. Et il ne compte pas dévier de cette posture : « Nous continuerons d’appliquer les règles des tournois pour nous assurer que nos streams officiels se focalisent sur le jeu et ne deviennent pas une plateforme pour des points de vue politiques ou socialement clivants. » Qu’importe les points de vue, donc. 

En revanche, Blizzard a réduit les sanctions à l’encontre de blitzchung. En plus de recevoir le prix qu’il mérite pour avoir bien joué pendant la compétition, il ne sera plus banni que six mois (au lieu d’un an).

À noter que Riot Games est dans le camp de Blizzard. Dans un tweet publié le 11 octobre, l’entreprise en charge de League of Legends indique : « Nous voulons que nos streams restent focalisés sur le jeu, le sport et les joueurs. Nous nous adressons à des fans avec des cultures différentes et nous pensons que cette chance implique la responsabilité d’éviter les points de vue personnels sur les sujets sensibles (…). Nous avons rappelé aux casters et aux joueurs professionnels de ne pas discuter de ces sujets à l’antenne. » À l’opposé, Epic Games (Fortnite) milite pour la liberté d’expression totale. 

Partager sur les réseaux sociaux