Les recherches Google sur des jeunes femmes noires ou asiatiques renvoyaient vers des sites pornographiques. Ce n'est désormais plus le cas.

Google a enfin fait le ménage dans ses résultats de recherche. Après avoir banni les résultats pornographiques qui s’affichaient en premier lorsque l’on tapait le mot « lesbienne », le moteur de recherche a fait de même avec d’autres termes comme « jeune femme noire » et « jeune femme asiatique », a remarqué sur Twitter la développeuse Jill Royer ce vendredi 19 juillet.

L’intéressée a constaté que les recherches ne renvoyaient plus d’office vers des sites ou contenus pornographiques. Numerama l’a observé dans l’onglet regroupant toutes les recherches ainsi que dans l’onglet images.

Des femmes hyper-sexualisées

La députée Danièle Obono avait soulevé le problème des résultats de recherche discriminants fin juin lors de débats sur la haine en ligne. Elle expliquait alors que la recherche « jeune femme noire » renvoyait vers des sites pornographiques. Il en allait de même pour « jeune femme asiatique ». Cela contribuait à hyper-sexualiser les femmes non-blanches et renforcer des clichés racistes.

Depuis quelques heures, Google semble avoir modifié son algorithme pour éviter ce biais. On tombe sur des articles de presse ou des liens vers des banques d’images de jeunes femmes non-blanches.

Elle l’a également fait avec le terme « lesbienne » qui renvoyait vers des sites pornographiques, comme on vous l’expliquait en avril dernier.

Un défi permanent pour Google

Les résultats pornographiques ne renforcent pas seulement les clichés. Ils empêchent aussi les internautes de se renseigner sur des sujets. Avant que Google ne modifie son algorithme, il était particulièrement difficile de trouver des informations sur l’actualité qui concerne les droits des lesbiennes par exemple.

Les biais liés à l’algorithme sont un réel défi pour Google et les autres entreprises. En juin, un dirigeant de la multinationale de passage à Paris nous avait précisé qu’il ne s’agissait pas simplement de réécrire les résultats. Il fallait trouver une solution sur le long terme, comme lorsque le mot « teen » (adolescent ou adolescente en anglais) renvoyait lui aussi vers des sites pour adultes. Ce 19 juillet, un porte-parole a précisé à Numerama que le géant « s’efforce d’éviter que des contenus choquants ou offensants remontent dans les résultats de recherche si les utilisateurs ne [les] cherchent pas explicitement ». « Clairement, les résultats constatés n’étaient pas satisfaisants », a-t-il ajouté, précisant que les modifications étaient bien algorithmiques et non manuelles. Les changements seront effectués sur quelques requêtes spécifiques mais aussi sur des groupes de requêtes, a fait savoir Google.

Il reste encore un peu de travail à la firme. Les résultats vidéo sont encore largement liés à la pornographie. Par ailleurs, comme l’a remarqué le compte #SEOLesbienne, certaines recherches conduisent toujours à des résultats problématiques, comme « lesbienne noire ».

D’autres sites avaient connu des problèmes similaires, à l’image de Reverso qui proposait des traductions automatiques LGBTphobes, antisémites ou racistes.

Partager sur les réseaux sociaux