Google avait mis en place une bannière spéciale pour célébrer le Mois des Fiertés qui célèbre le mouvement des personnes LGBT+, mais l'a récemment retirée pour les recherches liées au mot « lesbienne ». Les autres mots n'ont pas été touchés par ce changement.

La relation entre Google et le mot « lesbienne » est décidément bien compliquée. Vendredi 21 juin 2019, Numerama a constaté que l’entreprise avait cessé d’afficher sa bannière de célébration du Mois des Fiertés en tête des résultats de recherches liés au mot lesbienne. Or cette bannière s’affiche toujours lorsque l’on effectue d’autres résultats en rapport avec les personnes LGBT+ : « gay », « homosexuel », « bisexuel », « transgenre », « queer ».

Trois jours plus tard, la bannière n’était toujours pas revenue. Contactées, les équipes de Google n’ont pas pu nous fournir d’explications sur cette disparition.

Disparition de la bannière des Fiertés entre le 7 et le 24 juin 2019

Nous n’avons pas pu identifier précisément le moment où la bannière de célébration des luttes pour les droits des personnes LGBT+ a disparu des recherches du mot « lesbienne », mais le changement s’est passé entre le 19 et le 21 juin 2019. Cette modification a eu lieu après que nous avons publié notre article qui soulignait le paradoxe entre cette bannière positive qui prône la visibilité des personnes LGBT+ et les résultats de recherches pornographiques que Google laisse en ligne en rapport avec le mot « lesbienne ». Nous rappelions le 18 juin 2019 que cette absurdité existait toujours.

Tout aussi intrigant : la bannière de Google s’affiche lorsque l’on cherche « homosexuel » mais pas « homosexuelle », alors même que ce terme ne renvoie pas vers des sites pornographiques — notons qu’il ne renvoie pas non plus vers des articles sur l’homosexualité féminine, invisible des recherches, mais plutôt vers des liens sur l’homosexualité en général ou… les hommes gays.

Capture d’écran du 24 juin 2019 des recherches « homosexuel » et « homosexuelle »

Google nous répond pour la première fois

Que s’est-il passé avec le mot « lesbienne » ? C’est une question que Numerama se pose depuis plusieurs mois. Le 7 juin dernier, nous remarquions l’instauration de cette bannière de célébration du Mois des Fiertés, installée par Google sur certains mots clés. Elle était bien présente au-dessus des recherches avec le mot lesbienne.

Or ce nom commun français, qui désigne les femmes homosexuelles, semble avoir une place à part dans l’internet français : lorsque l’on tape « lesbienne » sur Google, le moteur de recherche n’indexe que des sites pornographiques dans ses premières pages. Ce n’est le cas que pour ce mot : les mots « gay » ou « trans » renvoient vers résultats plus classiques (page Wikipédia, articles de presse, blogs spécialisés, etc.).

Pourquoi les lesbiennes n’ont-elles pas droit à ce même traitement ? Les mêmes arguments reviennent — nous en parlons en détail ici —, notamment à propos du fait que les recherches et les contenus qui associent la pornographie à la désignation lesbienne sont très nombreux en ligne. Étrangement pourtant, son équivalent anglais, « lesbians », ne convoque pas les mêmes résultats de recherches pornographiques, mais bien des résultats « classiques », comme il est facile de le constater sur Google.

« Ces résultats sont terribles »

Étrangement également, le moteur de recherche modifie régulièrement volontairement son algorithme pour que ne s’affichent pas certains résultats, qu’ils soient en rapport avec le terrorisme ou la pornographie. C’est ce qu’a concédé Pandu Nayak, le vice-président de Google en charge de la qualité du moteur de recherche, lors d’une rencontre avec la presse à laquelle Numerama a pris part le vendredi 21 juin 2019.

C’est la première fois que nous avons obtenu un retour officiel de la multinationale sur ce sujet. « Je trouve que ces résultats sont terribles, il n’y a aucun doute là-dessus », a-t-il suggéré. Nous avons conscience qu’il y a des problèmes comme celui-ci, dans de nombreuses langues et différentes recherches. Nous avons développé des algorithmes pour améliorer ces recherches, les unes après les autres.  »

Cet ingénieur qui s’occupe de la recherche depuis 14 ans pour Google a fait mention des recherches liées au mot « girl » et « teen » (ado) qui, elles aussi, étaient trustées fut un temps par des sites pornographiques. « Nous avons pris des mesures pour les cas où, quand il y a une raison que le mot soit interprété de manière non-pornographique, ce soit cette interprétation qui soit mise en avant. »

Capture d’écran d’une recherche avec le mot « teen »

Il rappelle également que Google n’essaie «  jamais de résoudre des demandes individuelles, car il s’agit souvent juste de la pointe de l’iceberg. Il faut prendre le sujet, se demander quelle est la cause sous-jacente et essayer de développer un algorithme qui puisse répondre à cette cause ». D’après le géant du web, de tels développements structurels prennent du temps.

Partager sur les réseaux sociaux