Le Tchèque Marcel Kolaja, élu au Parlement européen sur une liste du Parti pirate, sera l'un des vice-présidents de l'hémicycle.

Il y aura un pirate parmi les vice-présidents du Parlement européen. Mercredi 3 juillet, la nouvelle législature sortie des urnes après le scrutin du mois de mai a retenu Marcel Kolaja pour assister l’Italien David Sassoli, qui a été désigné pour présider l’assemblée. Ce Tchèque de 39 ans fait parti des quatre candidats qui se sont faire élire sur des listes du Parti pirate.

C’est un succès pour le mouvement : les élus pirates avaient exprimé le souhait d’occuper des postes à responsabilité au sein de leur coalition — les Verts/Alliance libre européenne — mais aussi au Parlement.

Marcel Kolaja, qui avait également été proposé par son groupe pour être l’un des questeurs de l’hémicycle, mais sans succès, se lance donc dans un mandat de deux ans et demi, aux côtés de 13 autres vice-présidents. Il siégera au sein du Bureau du Parlement européen, qui fixe les grandes règles de fonctionnement de l’institution, et pourra être amené à suppléer David Sassoli en cas de besoin.

Les projets de Marcel Kolaja

Dans ses fonctions, Marcel Kolaja entend rendre le Parlement plus transparent et plus ouvert, mais aussi le faire basculer un peu plus dans le numérique. Ces technologies « prennent de plus en plus d’importance au Parlement européen », fait-il observer. Plus classiquement, il souhaite réfléchir à l’amélioration des règles actuelles de l’institution et s’assurer qu’elles sont appliquées correctement à tout le monde.

Sur un plan plus politique, en tant que député cette fois, Marcel Kolaja souhaite faire tomber toutes les barrières qui restreignent le marché unique numérique. La protection des droits individuels ainsi que la protection des  consommateurs dans l’espace numérique sont aussi à son agenda. Les sujets sur le droit d’auteur et les logiciels libres, pour lesquels il s’est déjà engagé par le passé, devraient de nouveau faire partie de ses préoccupations..

Marcel Kolaja et Markéta Gregorová
Marcel Kolaja et Markéta Gregorová, une collègue pirate. // Source : Pirátská strana

Partager sur les réseaux sociaux