La FDA, l'administration en charge de la régulation de la consommation aux États-Unis, a créé un jeu vidéo pour dissuader les jeunes de se mettre à fumer.

Un jeu vidéo d’horreur pour sensibiliser les jeunes sur les dangers du tabac ? C’est la dernière idée en date de la FDA, le gendarme américain de la consommation.

Seul un personnage sur 4 s’en sortira

Le jeu vidéo s’appelle One Leaves. Il s’adresse aux adolescents ou jeunes adultes qui seraient susceptibles de se mettre à fumer des cigarettes. Pour leur rappeler qu’ils risquent de graves problèmes de santé, voire la mort, la FDA plonge les joueurs dans un environnement glauque à souhait. Il s’agit d’une sorte de hangar désaffecté. Un ado est coincé dans une pièce avec camarades. Seul 1 personnage sur 4 réussira à s’échapper. L’objectif est bien sûr d’être ce chanceux-là.

Un jeu charmant. // Source : One Leaves

Le scénario (résumé dans une bande annonce par Darren Aronofsky, le réalisateur de Black Swan) ne doit rien au hasard. Aux États-Unis, les trois quarts des étudiants qui commencent à fumer au lycée restent consommateurs une fois qu’ils sont devenus adultes. Ce jeu d’horreur symbolise ce pourcentage.

Les ados fumeurs seraient de plus en plus nombreux

Dans le jeu, dont les images sont très crues, le héros que l’on incarne doit relever des challenges. S’il n’y parvient pas, son corps commence alors à subir les effets de la cigarette. Sa vision est brouillée par la fumée, ses poumons faiblissent. On aperçoit des personnages dont la gorge est déformée par un cancer ou des bouches géantes en piteux état.

Le jeu qui a été promu par des youtubeurs et streameurs comme le très populaire Ninja est gratuit et disponible sur PC ou Xbox One. Il fait partie d’une campagne de sensibilisation plus large menée par la FDA qui s’appelle «  The real cost » (le coût réel). Elle vise en priorité les adolescents âgés de 12 à 17 ans.

La FDA a encore du chemin à faire. En 2018, le nombre de lycéens qui fument aux États-Unis aurait augmenté de pas moins de 38 %. Cette hausse serait en partie liée à la consommation accrue de cigarettes électroniques, d’après le gendarme américain.

Partager sur les réseaux sociaux