Après un démarrage loupé en juin, l'initiative WiFi4EU signe son grand retour. Objectif : apporter des fonds aux villes voulant s'équiper en Wi-Fi.

Organisée du 7 au 9 novembre, la première phase de l’initiative WiFi4EU  (« du Wi-Fi pour l’Union européenne ») s’est bien déroulée, contrairement à la fois précédente. Un incident technique, détecté lors du lancement, juste avant l’été, avait en effet obligé Bruxelles à reporter son programme d’attribution des aides pour les municipalités désirant installer un accès sans fil en haut débit et gratuit dans l’espace public.

Il faudra attendre pour connaître quelles sont les communes retenues pour cette étape. 13 000 candidatures ont été reçues, en provenance de tous les États membres, mais seules 2 800 mairies recevront le bon d’une valeur unitaire de 15 000 euros. La liste des villes retenues sera publiée en décembre. Trois autres phases auront lieu au cours des deux prochaines années, dans les mêmes conditions.

De nombreuses communes basées en France ont participé à cet appel. La liste est publiée sur le portail de WiFi4EU.

Aide conditionnée

L’accès à cette aide financière directe est toutefois conditionné : il faut en particulier que la circonscription ne dispose pas déjà d’une liaison sans fil — que celle-ci soit de nature publique ou privée — pour éviter d’inutiles doublons. De plus, les municipalités retenues devront offrir des services Wi-Fi sécurisés, gratuits et sans publicité pendant au moins 3 ans.

En tout, l’Union européenne prévoit 5 appels à candidatures entre 2018 et 2020, pour un budget global de 120 millions d’euros. L’objectif est de pouvoir faire bénéficier entre 6 000 et 8 000 communes de ce programme, et de manière équitable entre les territoires du Vieux Continent. Ainsi, chaque État membre aura droit à certain nombre de bons, de sorte qu’une bonne répartition géographique soit assurée.

(mise à jour le 23 novembre avec les précisions de la Commission européenne)

Partager sur les réseaux sociaux