Dans le cadre de son plan Road to Zero Strategy, le gouvernement anglais annonce une série de mesures visant à faciliter la transition massive et rapide vers la mobilité propre.

Le Royaume-Uni ne veut plus entendre parler de la motorisation thermique et ambitionne de devenir the place to be pour la mobilité propre, articulée autour de moyens de transport électrifiés. Sur son site officiel, à la faveur d’un communiqué publié le 9 juillet 2018, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures inscrites dans la Road to Zero Strategy et visant l’adoption massive concomitante à l’abandon des solutions à l’essence.

Parmi les initiatives, on retiendra surtout l’obligation, pour les nouveaux logements, d’être dotés d’une borne de recharge. Pour les pouvoirs publics, on imagine que c’est le moyen idéal pour lever le principal frein, l’autonomie en l’occurence (qui est aussi un problème pour les taxis de Londres).

Le Royaume-Uni donne tout pour la mobilité propre

Il faut dire que le Royaume Uni espère que, d’ici 2030, entre 50 et 70 % des voitures vendues seront peu voire pas polluantes. Toutefois, pour y parvenir, il va bien falloir que le pays se dote d’infrastructures à même d’accueillir tous ces véhicules électrifiés et de répondre à leurs exigences technologiques. « La stratégie pose les bases de la plus grande avancée technologique pour les routes anglaises depuis l’invention des moteurs à combustion », souligne le Département en charge du transport. 

Outre les bornes de charge obligatoires sur les nouveaux logements, le gouvernement souhaite en installer sous certains réverbères afin de créer un réseau massif réunissant plusieurs points stratégiques. Une vaste entreprise qui demandera un investissement public de 400 millions de livres, sachant que les utilisateurs actuels ne seront pas oubliés : un crédit pouvant grimper jusqu’à 500 livres sera octroyé pour qu’ils puissent installer une borne chez eux et la promesse qu’il y aura aussi des stations sur leur lieu de travail.

Aujourd’hui, le paysage britannique rassemble ces chiffres : 150 000 véhicules à émission ultra basse, 14 000 bornes et déjà 1,5 milliard de livres investis pour soutenir la transition.

Partager sur les réseaux sociaux