Depuis 2014, Google fait le bilan de ses équipes et communique ses statistiques au public. Cette année, le rapport montre quelques progrès... mais aussi le long chemin qu'il reste à parcourir.

Le 15 juin était publié le rapport annuel de Google faisant état de la diversité ethnique au sein de ses équipes américaines. L’occasion aussi de constater le déséquilibre toujours prégnant dans la proportion hommes/femmes et de la surreprésentation des personnes blanches.

Extrait du rapport

Toujours 1 femme pour 2 hommes

Globalement, les deux tiers des postes sont toujours pourvus par des hommes. Le tiers restant, dévolu aux femmes, n’a progressé que de quelques décimales depuis 2014 (+ 0,3 %) et est resté inchangé par rapport au chiffre de 2017. Le seul (petit) progrès se trouve dans les fonctions dirigeantes où la présence des femmes a progressé de 4,7 % depuis 2014. À la différence des hommes, les femmes sont légèrement moins enclines à quitter la compagnie, 103 hommes contre 94 femmes ont quitté Google en 2018.

Au niveau de ses statistiques éthniques (toujours interdites en France), Google affiche un un taux de 53,1 % de personnes blanches employées, tandis que le pourcentage de personnes d’origine asiatique a progressé de 30 % en 2014 pour atteindre 36,3 % dans le dernier rapport.

En revanche, il n’y a encore que 2,5 % de personnes noires et 3,6 % pour les Latinos. D’autant plus que les chiffres de départ montrent très clairement que les employés noirs ou latinos sont les plus prompts à quitter Google, respectivement 127 et 115 contre 108 pour les employés blancs.

Les femmes noires représentent 1,2 % des salariés américains chez Google

Conclusion ? Le nombre de personnes noires et latinos n’a augmenté que de 0,6 % et 0,7 %. Les femmes noires représentent 1,2 % (+ 0,1 % par rapport à 2014) des salariés américains chez Google – 15,5 % pour les femmes blanches – contre un écrasant 41,1 % pour les hommes blancs.

Danielle Brown, vice-présidente de Google chargée de la diversité et de l’inclusion, a déclaré auprès de Business Insider : « Nous sommes profondément conscient de l’amélioration de la diversité au sein de nos effectifs et par la création d’une culture inclusive pour tout le monde. Bien que nous nous dirigions dans la bonne direction, nous sommes déterminés à accélérer ces progrès.  » Le 6 juin dernier, Alphabet, l’entreprise propriétaire de Google, rejetait la proposition de l’ingénieure Irene Knapp pour améliorer la diversité. Google est également poursuivi en justice par son ancien ingénieur James Damore pour « discrimination envers les hommes blancs et conservateurs. »

Partager sur les réseaux sociaux