Samsung s'engage en faveur des énergies renouvelables. Pointé du doigt par Greenpeace, le géant de l'électronique utilisera 100 % de ces énergies en 2020 aux USA, en Chine et en Europe.

S’il y a un secteur pour lequel Samsung n’a pas été accusé de copier Apple, c’est bien celui de la politique environnementale. Dans ce domaine, la société sud-coréenne est encore très loin de la firme américaine : c’est ce que révélait début 2017 un rapport de Greenpeace : si Apple obtient presque à chaque fois les meilleures notes, Samsung est clairement sous la moyenne.

Cette situation va changer. C’est en tout cas l’engagement que vient de prendre le géant asiatique de l’électronique : « Samsung prévoit de s’approvisionner en énergies d’origine renouvelable pour 100 % de l’énergie utilisée dans toutes ses usines, ses immeubles de bureaux et ses installations opérationnelles aux États-Unis, en Europe et en Chine d’ici 2020 », annonce un communiqué.

Classement de Greenpeace début 2017.

Satisfaction de Greenpeace

L’ONG a immédiatement réagi à cette promesse et applaudi le cap fixé par la société : « il s’agit d’une première étape très importante pour Samsung afin de réduire son empreinte manufacturière mondiale massive. […] C’est une excellente nouvelle pour notre planète ». Selon Greenpeace, la consommation énergétique de Samsung s’est élevée à 16 000 GWh en 2016, soit l’équivalent de la République dominicaine.

Les esprits attentifs noteront que Samsung s’engage pour trois zones géographiques seulement : elles ne sont certes pas anodines — on compte un continent et deux pays très peuplés dans lesquels Samsung a d’importantes activités industrielles et commerciales –, mais elles ne constituent pas l’ensemble de sa présence : le groupe est aussi déployé au Japon, en Corée du Sud, en Inde, à Singapour et en Israël.

La présence de Samsung Electronics dans le monde.

Trois régions concernées

Pour justifier sa politique, Samsung affirme que les USA, la Chine et l’Europe sont des « marchés bien équipés en infrastructures pour le développement et le transport d’énergie renouvelable », contrairement aux autres pays. Mais promis, l’entreprise «  cherchera à accroître son utilisation des énergies d’origine renouvelable dans le monde entier à moyen et long terme ».

D’aucuns diront sans doute qu’il est préférable que Samsung présente un objectif « modeste » mais tenable en matière de politique environnementale, plutôt que de faire la promesse hasardeuse d’une entreprise 100 % écologiste en deux ou trois ans. Surtout que la société sud-coréenne part d’assez loin, contrairement à des groupes comme Apple et Google.

Samsung, Séoul // CC. Wikimedia

Les partenaires mobilisés aussi

La manière dont Samsung compte atteindre 100 % d’utilisation d’énergies d’origine renouvelable pour ses activités aux USA, en Chine et en Europe reste à préciser : on peut supposer que le groupe achète directement son électricité chez des opérateurs adéquats. En parallèle, Samsung va certainement aménager ses locaux pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre et faire preuve de sobriété énergétique.

Enfin, Samsung a annoncé son inscription au programme CDP (Carbon Disclosure Project) pour 2019, afin de pousser ses partenaires industriels à s’y mettre aussi : « Samsung prévoit de travailler avec ses 100 premières entreprises partenaires pour les aider à fixer leurs propres objectifs en matière d’énergie renouvelable », indique le communiqué.

Partager sur les réseaux sociaux