Pour marquer les esprits des députés européens qui auront à examiner une proposition de directive sur le droit d’auteur très contestée, Mozilla propose aux internautes d’envoyer aux élus un selfie volontairement ridicule, destiné à dénoncer l’absurdité de la loi.

Le 14 septembre dernier, la Commission européenne a publié sa proposition de directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique, qui a reçu un accueil glacial des organisations de défense des droits des internautes, sans d’ailleurs susciter un enthousiasme délirant chez les ayants droit. Mais alors que ces derniers ont obtenu quelques satisfactions (en particulier des obligations de filtrage sur les plateformes, un droit spécifique pour les éditeurs de presse, l’exclusion des entreprises du bénéfice de l’exception pour « data mining »…), les utilisateurs n’ont vu presque aucune de leur revendication traduite dans la directive.

Une demande en particulier est vue comme symbolique de l’impossibilité de gagner le moindre centimètre carré de terrain face aux lobbys des professionnels du droit d’auteur. Il s’agit du refus d’accorder aux Européens un « droit de panorama », qui ferait que ce qui est visible en permanence depuis l’espace public puisse être montré aussi sur Internet ou ailleurs, sans avoir à négocier l’autorisation, ici de l’architecte qui a conçu tel bâtiment, là de l’artiste dont l’œuvre sculpturale est exposée.

Ce refus est vécu comme une absurdité. Et c’est donc pour dénoncer cette absurdité que Mozilla a choisi de réaliser une campagne absurde. Elle propose aux internautes d’envoyer des selfies illégaux aux députés européens qui auront à adopter et modifier la directive. Les internautes doivent choisir le thème de leur reproduction illégale d’une œuvre protégée, entre les éclairages de la Tour Eiffel, la statue de la Petite Sirène à Copenhague, ou le Parlement européen. Il est alors possible de s’insérer dans l’image, qu’il suffit d’envoyer à un député en quelques clics.

carte-postale1

carte-postale2

L’idée de la campagne est toutefois de dénoncer toute la directive, à travers cette action symbolique et volontairement ridicule. « Ces propositions, si elles sont adoptées telles quelles, auraient un fort impact sur les start-ups européennes, les codeurs, les créatifs, les artistes ainsi que la santé d’internet, moteur de croissance économique et d’innovation », écrit Mozilla.

« Mozilla ne préconise pas le plagiat ou la piraterie. Néanmoins, les créateurs doivent être traités de façon équitable, avec une rémunération adéquate, pour leurs créations et leurs œuvres. Mozilla souhaite améliorer le droit d’auteur pour chacun, afin que les individus ne soient pas dissuadés de créer et d’innover ».

L’éditeur de Firefox a également publié des vidéos pour accompagner le besoin d’une réelle réforme des droits d’auteur, qui prendrait en compte les besoins des utilisateurs, au moins autant que celui des créateurs.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.