À chaque élection, plusieurs personnes prétendent publier les résultats anticipés, ou des sondages réalisés à la sortie des urnes, plusieurs heures avant la divulgation officielle des résultats à 20 heures. D’où sortent ces chiffres ?

Un message dans un groupe WhatsApp, un tweet partagé des milliers de fois, un article dans la presse belge… À chaque élection, il y a toujours un proche qui nous envoie ce qu’il pense être les résultats du scrutin en avance, parfois plusieurs heures avant la fermeture des bureaux. Certains les repartagent sans le moindre doute, d’autres sont plus méfiants. Mais qu’en est-il vraiment à quelques heures des résultats des Législatives 2024 ?

Sondages, fuite d’un média ou invention totale : peut-on avoir les résultats en avance ?

En France, la loi oblige les médias à ne rien communiquer sur les résultats ou sur les intentions de vote avant 20 heures le jour de l’élection. Une limite conçue pour ne pas influencer le scrutin, en attendant la fermeture du dernier bureau pour indiquer une tendance.

Contrairement à de nombreuses idées reçues, les résultats de 20 heures ne sont pas issus de sondages. Il s’agit de calculs réalisés par des enquêteurs dans des bureaux de vote choisis stratégiquement, qui assistent aux premiers dépouillements.

Les premiers résultats issus des premiers dépouillements sont communiqués aux médias vers 19 heures, puis actualisés régulièrement au fur et à mesure des dépouillements. Les résultats officiels, par le ministère de l’Intérieur, arrivent bien plus tardivement.

Sur Twitter, il n’est pas rare de voir des comptes anonymes publier ce qu’ils pensent être les résultats de TF1 ou de BFM plusieurs minutes avant l’annonce officielle. Ces données peuvent avoir fuité (si un journaliste s’amuse à les partager à ses proches par exemple), mais il est encore plus probable qu’il s’agisse de résultats inventés. S’il est techniquement possible d’avoir les résultats officiels des chaînes en avance, il est quasiment impossible de vérifier leur authenticité.

Une heure avant les résultats, cette photo avait été publiée sur Twitter. Son authenticité est impossible à vérifier, même si ces documents existent vraiment dans les grands médias.
Une heure avant les résultats, cette photo avait été publiée sur Twitter. Son authenticité est impossible à vérifier, même si ces documents existent vraiment dans les grands médias. // Source : X

Tout au long de la journée, souvent avec le hashtag #RadioLondres, certains internautes partagent aussi ce qu’ils présentent comme des sondages réalisés à la sortie des urnes, en interrogeant les électeurs sur le candidat qu’ils ont choisi. Ces sondages sont fréquemment publiés dans des médias frontaliers, en Belgique ou en Suisse notamment, puisque eux ne sont pas soumis à une réserve jusqu’à 20 heures.

Là-encore, il vaut mieux être prudent. Les médias belges et suisses publient des données fiables, mais il ne s’agit que de sondages. En 2022, plusieurs sondeurs indiquaient à Numerama avoir abandonné les sondages à la sortie des urnes à cause de leurs inexactitudes. Le format des Législatives rend la prédiction du nombre de sièges difficile, particulièrement à base de sondages.

En conclusion, il est probable que vous tombiez sur des résultats proches de la réalité sur Twitter et les autres réseaux sociaux avant l’annonce officielle. Cependant, pour un résultat correct, vous tomberez probablement sur une cinquantaine de faux résultats, parfois inventés entièrement. On ne peut que vous recommander d’attendre les vrais résultats à 20 heures, puisqu’il est impossible d’authentifier des résultats publiés sur Internet.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.