L’armée ukrainienne devrait recevoir des mini hélicoptères de surveillance, nommés Black Hornet. Ces modèles sont déjà utilisés par de nombreuses forces de l’OTAN, dont l’armée française.

Un nouveau drone devrait faire son apparition en Ukraine, mais il sera difficile de le repérer. La Norvège, aidée par le Royaume-Uni, va fournir des micro appareils d’espionnage au pays agressé, selon un communiqué conjoint des deux pays publié ce 24 août 2022. Le modèle Black Hornet Nano – le frelon noir, en anglais – ne mesure que 16 centimètres et pèse 33 grammes, autant qu’un moineau. Il peut être équipé de deux ou trois caméras ainsi que d’un capteur infrarouge et relaie des informations jusqu’à 2 km de distance.

Concrètement, il ressemble à un minuscule hélicoptère qui se déplace furtivement pour repérer les ennemis, notamment dans les zones urbaines ou les espaces denses, à l’instar d’une forêt.

Les drones nano ne sont pas une nouveauté et sont déjà utilisés par de nombreux pays membres de l’OTAN, dont les États-Unis. La France s’est servi de ces appareils de surveillances lors de l’opération Barkhane au Sahel.

L'écran pour surveiller depuis un drone Black Hornet // Source : Teledyne Flir
L’écran pour surveiller depuis un drone Black Hornet. // Source : Teledyne Flir

Un pack comprenant des systèmes anti-drones

On ne connait pas le nombre de Black Hornet offerts à l’Ukraine. Le gouvernement norvégien précise seulement que l’achat des drones auprès de l’entreprise Teledyne Flir s’élève à 90 millions de NOK (9,36 millions d’euros). Le transport et la formation seront assurés par l’armée britannique. Le communiqué précise que les autorités ukrainiennes ont elles-mêmes demandé ce type d’équipement.

« Le drone développé par la Norvège est un leader mondial du marché. Il est utilisé dans un certain nombre de pays alliés, dont les États-Unis et le Royaume-Uni. Le drone est utilisé pour la reconnaissance et l’identification des cibles. Il est robuste, difficile à détecter et particulièrement bien adapté au combat dans les zones urbaines », a déclaré le ministre norvégien de la Défense, Bjørn Arild Gram.

Le secrétaire britannique à la Défense, Ben Wallace, ajoute dans le communiqué que « ces drones de pointe contribueront à donner aux troupes ukrainiennes un avantage vital sur le champ de bataille alors qu’elles se battent pour défendre leur pays contre l’invasion brutale et non provoquée de Poutine ».

Les « fusils » NightFighter anti-drones // Source : British SteelRock Technologies
À droite, un « fusil » NightFighter anti-drones. // Source : British SteelRock Technologies

Les deux pays ne s’arrêtent pas à la livraison de drones, puisqu’ils vont également fournir les systèmes de neutralisation des appareils ennemis. Le communiqué précise que des Nightfighter de British SteelRock Technologies, des fusils capables de brouiller les appareils électroniques volants, ont été commandés et feront partie du pack de livraison.

L’Ukraine, comme la Russie, ont massivement recours aux drones depuis le début de l’invasion. Les appareils destinés à l’origine aux loisirs sont tout utiles, puisqu’ils permettent de surveiller, calibrer les frappes de missiles ou sont modifiés pour larguer des explosifs.