Retard et technologie. Voilà deux notions qui se marient bien ensemble. Notez que dès que l’on parle de technologie, on la distingue rarement d’un impératif : celui de combler un trou, une faille, et toutes sortes de traînes par rapport « aux autres ». La France est en retard sur la fibre optique nous apprend PC Inpact. En retard sur qui ? Sur les Etats-Unis, qui eux-mêmes sont en retard sur les pays d’Europe du Nord ou le Japon, qui eux-mêmes doivent sûrement accuser un déséquilibre dans son déploiement selon les régions. Bien, et après ?

Rappelons qu’en France, le dégroupage n’est pas encore achevé alors pour ce qui concerne la fibre optique, on ne va pas trop en demander, d’autant que l’ADSL s’acquitte déjà bien de sa tâche niveau débits. Certains arrivent peut être à saturer leur bande passante, mais on pourrait s’en inquiéter si ils constituaient la majorité des abonnés et c’est loin d’être le cas. Rappelez-vous il n’y a pas si longtemps que ça. Vous comptiez scrupuleusement vos heures de connexion, pouviez passer une demi heure à surveiller l’avancement laborieux de l’album que vous téléchargiez. Le passage à l’ADSL a été un bouleversement total en généralisant les forfaits illimités et le haut débit. A côté de ça, le « très haut débit » ressemble plus à un argument marketing qu’une véritable révolution.

Alors, retard sur la fibre optique, peut être. Cela n’a rien d’étonnant en soi puisque tout le monde est toujours en retard sur tout le monde. C’est la faute à France Télécom, c’est la faute aux FAI, c’est la faute aux collectivités territoriales, c’est la faute à ces abonnés qui habitent en pleine campagne alors qu’au Japon, ils ont été plus malins et se sont entassés dans des boîtes à sardine pour faciliter leur raccordement.

Nombre d’abonnés profitant de la fibre optique sur population totale
Japon 13.000.000 0,10 %
Suède 650.000 0,07 %
Etats-Unis 2.000.000 0,006 %
France 50.000 0,0007 %

visuel_fibre_adsl2

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !