M6 annonce avoir été la cible d’une attaque informatique qui aurait pu interrompre la diffusion de ses programmes à la TV et à la radio. La situation est toutefois restée sous contrôle.

Ce week-end du 12 au 13 octobre 2019 n’aura pas été de tout repos pour M6. En effet, la chaîne de télévision a admis sur Twitter avoir été la cible d’une tentative de piratage informatique, heureusement sans conséquence. En tout cas, sans atteindre la gravité de l’attaque qu’avait subi en 2015 TV5 Monde, celle-ci ayant provoqué une interruption des programmes pendant plusieurs heures.

Cela étant, même si l’incident subi par M6 n’a manifestement pas perturbé gravement ses activités, le fait même que la chaîne décide d’en faire état publiquement suggère que les choses auraient pu vraiment mal tourner — les évènements bénins ne donnent généralement pas lieu à une prise de parole. Dans un message, le groupe précise que c’est la diffusion des programmes qui était menacée.

« M6 a été la cible samedi matin d’une attaque informatique malveillante. L’intervention rapide et efficace de nos experts en cybersécurité a permis de continuer à assurer la bonne diffusion des programmes sur l’ensemble de nos antennes TV et radio », écrit le groupe. M6 possède 14 chaînes de télévision et 3 stations de radio, ainsi qu’une chaîne de TV en partage avec TF1.

Tim Mossholder

La hantise des chaînes de télévision : l’interruption de la diffusion. // Source : Tim Mossholder

Selon une information de L’Express, l’opération a pris la forme d’un rançongiciel (ransomware en anglais). Ce terme désigne un logiciel malveillant qui s’infiltre sur l’ordinateur de la victime pour bloquer l’accès aux fichiers et aux dossiers. Cette dernière est alors invitée à verser une rançon (« ransom », en anglais) si elle veut récupérer ses données. Et bien sûr, rien ne garantit que le paiement débloquera effectivement le PC.

Ces logiciels malveillants peuvent se montrer redoutables. Il faut se souvenir que lors de l’épisode de WannaCrypt (aussi appelé WannaCry), le rançongiciel a bloqué l’accès aux fichiers et aux dossiers pour exiger ensuite un paiement en échange de leur libération. Des hôpitaux ont été touchés, mais aussi un nombre important d’entreprises, jusqu’à dégrader leurs activités de façon significative.

L’audiovisuel, un secteur d’importance vitale

En France, le secteur « Audiovisuel et information » est considéré comme une activité d’importance vitale, au même titre que l’industrie, les transports (aérien, maritime, fluvial ou terrestre), l’alimentation, l’énergie (gaz naturel, hydrocarbures pétroliers, nucléaire, approvisionnement en électricité) ou encore la finance. Les entreprises qui travaillent dans ces domaines doivent suivre des règles spécifiques.

anssi

L'emblème de l'Anssi.

Source : Anssi

La liste des sociétés dont les activités sont « indispensables au bon fonctionnement et à la survie de la Nation » n’est pas publique, « pour des questions de sécurité nationale ». Cela étant, dans la mesure où il y en a au moins 200 et au regard de la taille importante du groupe M6 (avec des actifs comme M6 pour la télévision et RTL pour la radio), il ne serait pas surprenant de le retrouver inscrit sur cette liste.

Lors du piratage de TV5 Monde, l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI) — qui a justement pour fonction de protéger l’État et les opérateurs d’importance vitale face aux menaces cyber – était intervenue pour aider la chaîne généraliste publique à se remettre debout et à renforcer ses défenses. Plusieurs agents avaient ainsi été déployés sur place pour aider les techniciens, alors dépassés.

(mise à jour avec des précisions sur la nature de l’attaque)

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !