Face aux droits de douane de 25 % imposés par les USA à la Chine, Apple regarde ses possibilités de sortir une partie de sa production.

Apple pourrait à son tour déplacer une partie significative de sa production industrielle dans d’autres pays d’Asie, pour échapper aux nouveaux droits de douane imaginés par les États-Unis pour tordre le bras à la Chine. Le quotidien économique japonais Nikkei indique ce 19 juin qu’entre 15 et 30 % des assemblages réalisés dans l’Empire du Milieu pour le compte de la firme de Cupertino sont concernés.

Plusieurs pays du sud-est asiatique pourraient être sollicités pour prendre la relève : l’Indonésie, la Malaisie et le Vietnam… Plus à l’ouest, l’Inde est aussi une destination qui est étudiée, d’autant que l’entreprise produit déjà sur place l’iPhone pour le marché local. Sur le continent américain, le Mexique pourrait aussi profiter de cette diversification des lignes de production.

L’iPhone Xs Max // Source : Apple

Les USA, pas une option

Les sources de Nikkei suggèrent que d’autres pays sont aussi passés en revue, mais que ces cinq-là sont les favoris d’un tel réaménagement. Les États-Unis, en revanche, ne sont pas une option, visiblement. Le coût de la main d’œuvre et le droit du travail au USA ne rendent pas une relocalisation aux USA envisageable, de l’avis des économistes et des universitaires.

« Tant de savoir-faire a été perdu au profit de l’Asie, et il n’y a aucune raison décisive pour que celui-ci revienne », notait par exemple Andre Sharon, de la faculté de Boston, en 2012. Quant à Dale Jorgenson, de Harvard, il remarquait en 2016 que « les gens chez Apple créent beaucoup de richesse en construisant des ordinateurs, pas parce qu’ils opèrent des usines de fabrication. Ils font de la recherche et du design ».

Apple Park
Vue sur l’Apple Park, le QG de l’entreprise. // Source : Julien Cadot pour Numerama

Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier

Outre Apple, d’autres entreprises américaines réfléchissent à faire de même ou sont déjà en train de déplacer leur production. C’est le cas de Nest (Google), Super Micro ou bien GoPro. À 25 % contre 10 % auparavant, les droits de douane deviennent impossibles à absorber ou à répercuter sur le prix final. Le calcul peut être vite fait dans ce cas : mieux vaut partir de Chine.

Cependant, si les droits de douane sont l’argument le plus immédiat en faveur d’une diversification des chaînes de production, d’autres motivations ont convaincu Apple de sortir partiellement de Chine, comme le souhait de ne plus dépendre excessivement d’un seul pays, et le constat que le coût de la main d’œuvre sur place a augmenté au fil des années.

Partager sur les réseaux sociaux