L'organisme qui réglemente les marchés financiers aux États-Unis a été alerté sur des agissements illégaux au sein de Tesla. Un ex-employé accuse notamment l'entreprise d'avoir espionné ses salariés.

Un ancien employé de Tesla a communiqué à l’organisme fédéral américain de contrôle et réglementation des marchés financiers (SEC) des faits douteux sur l’entreprise. Selon lui, Tesla aurait « hacké » des smartphones et des ordinateurs de ses salariés, a rapporté Business Insider lundi 11 mars.

Tesla nie les faits

Le cabinet d’avocats qui soutient l’ancien employé Sean Gouthro explique que Tesla aurait ainsi surveillé des employés, sans donner davantage de détails.

Tesla aurait espionné les communications d’employés. // Source : Pixabay / Numerama

Sean Gouthro travaillait dans la division dédiée à la sécurité dans l’entreprise. Il a envoyé son courrier à la SEC fin janvier, confirmant une alerte qu’un autre ex-employé nommé Karl Hansen avait lancée au mois d’août sur le sujet.

Un représentant de Tesla a indiqué que ces allégations étaient fausses. Si la SEC en décidait autrement, l’affaire pourrait se conclure par des sanctions, y compris financières, contre Tesla.

Trafic de drogue et privatisation

Le document transmis à la SEC stipule que les actionnaires n’étaient pas au courant de la surveillance illégale qu’aurait effectué Tesla. Sean Gouthro y mentionne aussi des faits de trafic de drogue par des employés qui auraient eu lieu dans une usine de l’entreprise, dans l’État américain du Nevada. Il en aurait parlé à ses supérieurs qui auraient choisi de ne pas alerter les autorités.

Enfin, Sean Gouthro explique que la privatisation des actions Tesla était en discussion en 2018, soit avant qu’Elon Musk ne tweete à ce sujet. Pour rappel, le tweet en question avait coûté cher à Elon Musk. La SEC qui estimait qu’il s’agissait de fausses allégations de nature à causer du tort aux investisseurs avait trouvé un accord à l’amiable avec le milliardaire. Ce dernier a dû verser 20 millions de dollars et renoncer à la présidence de Tesla. Tesla avait aussi dû verser 20 millions de dollars. Sean Gouthro raconte qu’en interne, le projet de sortie des marchés publics qui a finalement été abandonné avait beaucoup fait débat.

Les conditions de travail chez Tesla avaient déjà été pointées du doigt. Les horaires sont (très) étendus et certains ont évoqué une atmosphère de « secte ».

À lire sur Numerama : Pourquoi Elon Musk est accusé d’outrage au tribunal pour un simple tweet

Partager sur les réseaux sociaux