Slack et Atlassian s'unissent dans un partenariat stratégique qui fait disparaître les deux logiciels de discussion instantanée que sont Stride et Hipchat.

Si comme la rédaction de Numerama, vous aviez décidé de jouer les outsiders en préférant Hipchat à Slack, quelle n’a pas dû être votre surprise ce matin en ouvrant vos courriels : la petite startup de la communication sur internet s’est emparée de ses deux concurrents, piqués au géant Atlassian. HipChat était tombé en désuétude après le focus d’Atlassian sur Stride, concurrent bien mieux armé, mais il faut croire que ces efforts pour moderniser l’offre n’a pas suffi : les clients HipChat et Stride sont invités par Atlassian à passer chez la concurrence.

L’union fait la force (contre Microsoft)

En réalité, c’est un non-choix pour tous les utilisateurs de Stride ou de HipChat : les deux services seront abandonnés en février 2019. Il est possible de continuer à les utiliser jusque-là, mais Atlassian pousse ses clients à faire les démarches de transition dès maintenant (notamment en offrant un coupon de réduction de 75 % pendant un an pour Slack). Dans cet échange stratégique, Atlassian ne sort pas démuni : il est désormais heureux propriétaire de parts du capital de Slack, de manière minoritaire.

Ce qui apparaît de prime abord comme un rachat est en fait un mouvement bien plus intelligent de la part des deux entreprises : elles ont annoncé travailler de concert sur cette offre de canal de discussion à destination des entreprises (et dans une moindre mesure, des particuliers). Slack acquière la propriété intellectuelle des deux marques et probablement quelques technologies, et Atlassian arrête de développer les logiciels. Cela permet au duo nouvellement formé de se battre plus sereinement contre un (ou peut-être trois, si l’on intègre G Suite de Google et Worplace de Facebook) ennemi commun : Microsoft.

Avec Teams, Microsoft a clairement lancé l’assaut sur les entreprises. L’offre du géant de Redmond qui comprend de l’organisation de tâche, du chat, de la visioconférence, mais aussi tous les outils professionnels proposés par la marque et la suite Office est un rouleau compresseur. Slack joue d’ailleurs dans sa communication de ce David contre Goliath, et a en plus clairement les moyens de rivaliser sur ce qu’il maîtrise le mieux : la communication instantanée. Difficile aujourd’hui de proposer plus efficace que Slack en la matière. Et dans les faits, Slack est en avance : 500 000 organisations l’utilisent contre 200 000 pour Teams.

Reste une inconnue : avec deux choix alternatifs aux géants du web pour les entreprises, n’y a-t-il pas une place à prendre, qu’un nouvel arrivant pourrait occuper ? Réponse dans les mois qui viennent, d’autant que Slack n’a pas été salué pour le respect de la vie privée des employés

Partager sur les réseaux sociaux