Alors que Free a dévoilé fin mai de nouveaux abonnements avec une promotion très agressive la première année, l'opérateur semble hésiter sur sa stratégie : en effet, les offres historiques ont très discrètement fait leur retour.

Free a-t-il des doutes sur sa nouvelle stratégie commerciale dans l’Internet fixe ? Le fournisseur d’accès à Internet semble en effet ne pas assumer totalement sa nouvelle politique tarifaire, cachée derrière des promotions très agressives. En effet, il a été constaté sur la page de souscription l’apparition d’un bouton permettant d’accéder aux « offres historiques Freebox »

En cliquant dessus, il est possible de suivre une procédure permettant de retrouver les formules classiques de l’opérateur, en renseignant l’adresse à raccorder et en choisissant l’abonnement qui est le plus adéquat. Si une ligne active n’est pas déjà en place, Free rappelle qu’en plus du forfait mensuel, il faut s’acquitter d’une dépense de 39,99 euros au titre des frais d’établissement d’accès. 

Sous les offres, le fameux bouton.

Si vous envisagez de passer chez Free, il peut être pertinent d’évaluer s’il vaut mieux opter pour une offre agressive mais qui ne dure qu’un an ou pour une formule standard dont le coût n’évoluera pas à la hausse. Les plus nomades d’entre vous envisageront peut-être de s’abonner aux nouvelles offres pendant un an avant de faire leur valise lorsque la promotion arrivera à sa fin.

Actuellement, les nouvelles offres de Free sont les suivantes :

  • La Freebox Crystal, offre entrée de gamme ADSL et téléphonie passe à 9,99 € par mois pendant un an puis 24,99 € par mois.
  • La Freebox mini 4K est peut-être l’offre la plus pertinente aujourd’hui : pour 14,99 € par mois pendant un an, vous vous retrouvez avec une offre fibre optique et du triple play en 4K. Le prix après 12 mois s’élève à 34,99 € par mois.
  • La Freebox Révolution, présentée comme l’offre « haut de gamme » de Free, s’affiche avec ces nouveaux tarifs à 19,99 € par mois pendant un an puis 44,99 € par mois.

Le retour des offres classiques s’est fait sans aucune explication et s’est déroulé dans la plus grande discrétion. L’opérateur, qui a su au fil des ans cultiver son image de disrupteur dans les télécoms, en cassant les prix dans l’Internet fixe puis dans l’Internet mobile, pourrait donner le sentiment d’être gêné aux entournures dans son nouveau costume de FAI plus « premium ».

C’est pourtant dans cette direction que le groupe dit vouloir aller dans une présentation PowerPoint publiée en mai. « Il est maintenant temps d’entrer dans la prochaine génération Freebox », écrit le groupe, en « améliorant l’expérience de l’abonné » et être à la pointe de l’innovation. Pour cela, l’entreprise dit vouloir proposer « des niveaux de prix plus élevés » , afin de viser un « positionnement haut de gamme ».

Partager sur les réseaux sociaux