En faillite, la célèbre chaîne de magasins de jouets américains Toys ‘R’ Us va vendre une partie de ses propriétés intellectuelles aux enchères, dont des noms de domaines coquins que la marque avait réservés préventivement.

Vous pourrez bientôt tenter d’acheter les noms de domaines sex-toys-r-us.com, kinkytoysrus.com ou encore adult-toys-r-us.com, a repéré le site américain The Verge ce 15 mai 2018.

Toys ‘R’ Us, la célèbre chaîne de magasins de jouet, est en faillite. La marque a ainsi annoncé, le 15 mars dernier,  la liquidation de 735 magasins à travers le monde. Pour tenter de payer ses créanciers, la firme américaine va organiser une grande vente aux enchères pour écouler ses actifs de propriété intellectuelle, a rapporté Reuters.

Eviter les détournements coquins

Geoffrey The Giraffe sur Wikimedia Commons

Parmi eux : le logo de la mascotte Geoffrey the Giraffe, la marque Babies ‘R’ Us, mais aussi une centaine de noms de domaines que la chaîne de magasins avaient réservés, pour s’assurer que personne ne viendrait détourner sa marque.

Certains sont coquins (sex-toys-r-us.com, kinkytoysrus.com, adult-toys-r-us.com) d’autres sont juste des détournements de l’expression « R us » (lodges-r-us.com, bistros-r-us.com, recipes-r-us.com, burgers-r-us.com ou cigars-r-us.com), tandis que d’autres encore contiennent des insultes (ihatetoysrus.com, fu**toysrus.com).

Enregistrer des noms de domaines est une pratique fréquente dans le monde des grandes marques, afin de lutter contre ce qu’on appelle le cybersquattage. Ce terme désigne le fait d’enregistrer un nom de domaine proche d’une marque afin de forcer l’entreprise à payer cher pour le récupérer.

Toys ‘R’ Us n’a pas réussi à lutter contre l’essor des plateformes de e-commerce comme Amazon, largement privilégiées par les consommateurs. En mars dernier, le PDG de la chaîne David Brandon avait accusé les clients de n’avoir pas assez fréquenté ses magasins de jouets pendant la période des achats de Noël : «  ils vont tous finir par le regretter », avait-il asséné amèrement.

 

Partager sur les réseaux sociaux