L'histoire entre GoPro et les drones est en train de prendre fin. Constatant l'échec commercial du Karma et pointant du doigt une réglementation trop rigide, le groupe se prépare à sortir de ce business.

L’expérience de GoPro dans le secteur des drones est en train de virer au désastre. Alors que l’entreprise voyait ce marché comme un relais de croissance permettant de créer de nouveaux débouchés pour ses petites caméras sportives, c’est aujourd’hui l’heure de la retraite : en effet, la société américaine a pris la décision de mettre fin à la production de Karma, son drone lancé fin 2016.

Il faut dire que les débuts de GoPro dans ce domaine ont été ardus : à peine le Karma avait-il été lancé qu’il avait fallu rappeler, deux semaines après, pas moins de 2 500 unités pour des problèmes techniques provoquant la chute de l’appareil en vol. Pour un engin vendu alors 799 dollars l’unité, c’était la douche froide pour les premiers clients.

La société GoPro est surtout connue pour ses caméras.

La firme a tenté de se rattraper en offrant une caméra mais son image avait déjà pâti.

Pour GoPro, l’abandon du Karma est justifiée par des ventes décevantes pendant la période des fêtes de fin d’année, moment pourtant faste pour les entreprises pour augmenter significativement leur chiffre. Et cela n’aurait sans doute pas fait de mal à GoPro, qui enchaîne les plans sociaux avec à chaque fois quelques centaines de salariés laissés sur le carreau.

Mais il ne s’agit pas là de la seule raison. Ou de l’unique prétexte. ZDNet rapporte que GoPro a aussi mis en avant un « environnement réglementaire hostile » qui, d’après lui, l’empêche de se maintenir dans ce secteur. Autrement dit, la société est en train de se retirer du marché des drones alors qu’elle y était entrée que très récemment. Retour à la case départ donc, avec les mini-caméras sportives.

Partager sur les réseaux sociaux