Au Royaume-Uni, DJI exige que les pilotes répondent correctement à 8 questions dans son application avant de pouvoir faire décoller leur engin. Un programme qui devrait être étendu à d'autres pays bientôt.

Et si avant de faire décoller votre drone, l’application vous permettant de le contrôler vous obligeait à répondre préalablement à quelques questions pour vérifier que vous connaissez les règles générales de sécurité qui s’appliquent à ces petits aéronefs sans pilote à bord ?

C’est justement cette approche que suit le constructeur chinois DJI pour sa clientèle britannique. Dans un communiqué publié le jeudi 21 décembre, il annonce en effet que son application DJI Go 4 affiche une série de huit questions dont il faut donner la bonne réponse, sous peine de ne pas pouvoir faire décoller son engin.

« Le nouveau quiz de connaissances DJI exigera des pilotes de drone au Royaume-Uni qu’ils répondent correctement à une série de questions de base sur l’utilisation en sécurité des drones avant leurs premiers vols. Les questions apparaîtront dans DJI Go 4, l’application de vol principale de DJI, qui fonctionne sur des smartphones et des tablettes connectés à des télécommandes de drone ».

Un test composé de huit questions

Le système imaginé par DJI n’est pas trop strict : il est expliqué que « les pilotes peuvent continuer à répondre aux nouvelles questions jusqu’ à ce qu’ils réussissent le test de connaissances DJI ». Autrement dit, pas d’inquiétude si vous ne répondez pas bien aux premières questions, vous pouvez vous rattraper avec les suivantes (mais ça veut aussi dire qu’il faudrait vous remettre à niveau).

DJI fait savoir que le système de quiz a été initialement lancé aux États-Unis plus tôt cette année. Son déploiement au Royaume-Uni signe la première étape d’une extension de ce programme à l’international. « Il sera étendu à d’autres pays dans un proche avenir, en utilisant des questions adaptées aux règles et directives de chaque pays »,

Il n’est pas précisé si la France sera concernée par ce programme mais on ne voit pas pourquoi elle ne le serait pas.

CC Andri Koolme

Et en France ?

À l’heure actuelle, depuis l’adoption en octobre 2016 de la loi relative au renforcement de la sécurité de l’usage des drones civils, les fabricants ont l’obligation de glisser une notice d’information relative à l’usage de ces aéronefs dans laquelle sont rappelés les principes et les règles à respecter pour utiliser ces appareils en conformité avec la législation et la réglementation applicables.

Par ailleurs, les télépilotes doivent recevoir obligatoirement une formation sur le respect des règles et des conditions d’emploi relatives à la navigation aérienne, lorsque la masse de l’appareil dépasse les 800 grammes. D’autres règles s’appliquent dans ce cas-là, comme l’enregistrement de l’appareil, l’identification grâce à des transpondeurs RFID ou GSM ou encore un bridage des capacités.

À lire sur Numerama : Régulation des drones  : déclaration, transpondeur, bridage, signal sonore…

Partager sur les réseaux sociaux