Le studio Niantic, connu pour avoir développé Pokémon Go, vient de boucler un tour de table lui permettant de récupérer 200 millions de dollars. Une somme qui va notamment lui servir dans le développement de son nouveau titre en réalité augmentée, Harry Potter : Wizards Unite.

La réalité augmentée marche plutôt bien pour Niantic. Après le formidable succès qu’a constitué Pokémon Go, l’entreprise de jeux vidéo qui était autrefois une filiale de Google va maintenant s’attaquer à un autre gros morceau de la pop-culture : Harry Potter. La société a dévoilé début novembre l’arrivée prochaine, vraisemblablement en 2018, d’un titre basé sur l’œuvre de J.K. Rowling.

On ne sait pas encore grand chose sur les projets de Niantic avec ce jeu Harry Potter en réalité augmentée, peu d’informations ayant été données lors de l’annonce. Il a toutefois été indiqué qu’il y aura une phase exploratoire pour découvrir des créatures magiques, mais aussi apprendre des sorts et défaire des ennemis. De nouvelles mécaniques de jeu ont aussi été promises.

Harry Potter and the Half-Blood Prince
Prochaine étape pour Niantic : Harry Potter.

Même si un certain flou artistique règne autour du projet, Niantic n’ayant pas l’intention d’abattre toutes ses cartes dès maintenant, les perspectives ouvertes par la société dans la réalité augmentée suscitent de l’enthousiasme. Le Wall Street Journal raconte que l’ancienne filiale de Google a bouclé ces jours-ci un nouveau tour de table lui permettant de lever 200 millions de dollars.

20 millions de dollars en levée de fonds lors de Pokémon Go. 200 millions pour Harry Potter

C’est une somme considérable, dix fois plus élevée que celle que le groupe avait obtenu il y a deux ans auprès de Nintendo, de la Pokémon Company et Google lorsqu’il s’agissait de développer son deuxième jeu vidéo géolocalisé, à savoir Pokémon Go (le premier ayant été Ingress, un jeu dans lequel deux équipes s’affrontent en capturer des portails placés sur des points d’intérêt).

Pour la conception de Harry Potter : Wizards Unite, le nom du jeu qu’il est en train de mettre au point, Niantic est épaulé de la division vidéoludique de Warner Bros qui a pour mission de porter en jeu vidéo certaines licences que la major hollywoodienne possède. Un soutien qui ne sera pas de trop pour un studio qui veut non seulement proposer des mécaniques nouvelles mais aussi utiliser des technologies inédites.

Partager sur les réseaux sociaux