À la demande de l’industrie musicale, Facebook travaille sur un système d’identification automatique des droits d’auteur qui rappelle fortement le Content ID de YouTube.

Facebook est en train de développer un système d’identification des droits d’auteur, censé analyser tous les contenus vidéo publiés sur sa plateforme. Cette nouvelle méthode pour lutter contre la violation de copyright fait suite aux demandes des producteurs de musique, qui exigeaient des efforts supplémentaires du réseau social pour éliminer les reprises amateur de chansons partagées sur sa plateforme.

Cette nouvelle forme de copyright numérique est très similaire à celle développée par YouTube, le Content ID, un outil numérique qui analyse de manière automatique les vidéos publiées par les utilisateurs, en bloquant celles qui ne respectent pas les droits d’auteur. Le filtre de YouTube a toutefois rencontré quelques ratés notamment en bloquant la publication de vidéos de la NASA ou de Greenpeace 

Facebook-app

 

Les négociations avec les labels ne font que débuter

Néanmoins, les négociations entre Facebook et les labels musicaux en sont encore à leurs débuts, selon le Financial Times. La National Music Publishers’ Association avait déjà identifié 900 vidéos qui utilisaient sans copyright des chansons figurant au podium des classements musicaux. Ces contenus avaient obtenu 600 millions de vues.

Pour le moment Facebook n’a pas encore conclu d’accord avec les éditeurs de musique. On ne sait pas encore s’il suivra la méthode un peu floue de YouTube, qui affirmait, début décembre, avoir payé 1 milliard de dollars de revenus publicitaires aux labels.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !