La banque centrale du Bangladesh, qui a été victime d’un piratage la privant de 81 millions de dollars, s’efforce de retrouver ses fonds. Dans le cadre d’une coopération avec les Philippines, une partie de la somme devrait être restituée.

Victime d’un « casse » un peu particulier, la banque centrale du Bangladesh s’efforce désormais de récupérer au moins une partie des fonds qui ont été dérobés. C’est ce qu’expliquent deux responsables de l’institution à Reuters, alors qu’une coopération est en cours avec les Philippines, puisque c’est dans ce pays que la trace de l’argent qui a été dérobé se perd.

Rappel des faits. Ce printemps, la banque centrale du Bangladesh découvre qu’elle est victime d’une attaque informatique se déroulant via le réseau Swift (« society for worldwide interbank financial telecommunication »), qui est chargé de la supervision des transactions entre des milliers d’institutions financières à travers le monde. Il est alors constaté que 81 millions de dollars manquent à l’appel.

Une attaque très bien préparée

En décortiquant le mode opératoire des assaillants, des experts ont remarqué que ces derniers savaient visiblement très bien comment fonctionne le logiciel Swift Alliance Access, qui fait la liaison entre Swift et les banques. L’attaque, décrite comme étant« très bien préparée », a laissé très peu de traces : les archives de Swift étaient nettoyées et l’impression automatique des confirmations de virement annulée.

Le  trajet des fonds dérobés, extraits des comptes de la banque centrale par quatre ordres de virement distincts, est alors remonté jusqu’aux casinos philippins, où un blanchiment d’argent est opéré. Mais c’était sans compter la coopération de Manille, qui a procédé au gel de certains avoirs. Pour l’heure, la banque centrale du Bangladesh devrait recevoir un premier versement de 15,25 millions de dollars.

Seule une partie de la somme dérobée est récupérable pour l’instant

Mais au total, ce sont pas moins de 30 millions de dollars qui devraient être rendus. Quant à la somme restante, à savoir 51 millions de dollars, sa situation demeure incertaine dans la mesure où elle n’est pas directement. On ne sait pas pour l’heure si elle a été récupérée et gelée par les autorités ou si sa trace a été définitivement perdue.

Si ces 81 millions de dollars représentent une somme conséquente, la banque centrale du Bangladesh s’en tire finalement plutôt bien : en effet, l’attaque qu’elle a subie n’a permis de dérober qu’un montant assez réduit. Or, il s’avère que les opérations de virement illicites ont porté en tout sur un volume de 800 millions de dollars. Fort heureusement, les ordres ont pu être annulés à temps.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !