Pebble fait grise mine. Après une année 2015 haute en couleur, l’entreprise dédiée aux montres connectées doit réduire la voilure en licenciant une part importante de ses effectifs.

L’atterrissage est rude pour Pebble. Après l’euphorie de l’année écoulée, l’ambiance au sein de l’entreprise n’est plus à la fête. Et pour cause : la société américaine vient de procéder cette semaine au licenciement de plusieurs dizaines de salariés, afin de réduire la voilure. C’est ce qu’a révélé Eric Migicovsky, le directeur du groupe, dans un entretien accordé à Tech Insider.

pebblephotos.jpg

Des montres Pebble.

Le contraste est spectaculaire avec la situation rencontrée il y a un an. On se rappelle qu’au printemps 2015, Pebble achevait avec brio une campagne de financement participatif sur le site Kickstarter pour démarrer la production d’une montre connectée (Pebble Time, le modèle basique, et Pebble Time Steel, plus haut de gamme). À ce moment-là, plus de 20,3 millions de dollars avaient été récoltés.

Aujourd’hui, l’enthousiasme autour des montres connectées s’est largement calmé. Pour ne pas dire évaporer. Si de futurs modèles continueront sans aucun doute à faire parler d’eux dans les mois à venir, la mode des smartwatches s’essouffle clairement. Ce constat est peut-être l’une des grandes raisons expliquant dans quel pétrin se trouve aujourd’hui Pebble.

Les montres connectées n’étaient pas à l’honneur lors du dernier MWC

À titre d’exemple, le MWC, qui l’un des grands temples de la célébration high-tech, s’est détourné de ce marché en 2016. Les rares modèles n’étaient pas vraiment en avant. Sans doute parce que l’intérêt d’une montre connectée ne transparaît pas de prime abord, d’une part parce que le smartphone est privilégié pour de nombreuses tâches, et d’autre part parce que les montres classiques deviennent connectées.

Il faut croire que la Silicon Valley a aussi senti le vent tourner. C’est ce que l’on comprend entre les lignes des propos d’Eric Migicovsky. À ses yeux, c’est la frilosité des investisseurs en capital-risque qui est surtout à blâmer.

Apple Watch boutique

Une situation qui touche aussi Apple ?

Autre signe qui ne trompe guère : la baisse de prix de la fameuse Apple Watch, la montre connectée d’Apple, alors que la marque américaine n’a présenté aucun nouveau modèle. Celle-ci est désormais proposée à 349 euros en France contre 399 euros auparavant. Le signe que le produit ne se vend pas si bien que ça ? Difficile à dire, tant Apple entretient le mystère sur ses performances commerciales.

Financée grâce aux internautes, la montre Pebble Time est vendue 199 dollars (ou 299 pour le modèle Steel).

Contrairement à la concurrence, elle ne dispose d’un écran tactile mais a fait le choix de l’affichage « papier électronique » ce qui lui confère une autonomie nettement plus élevée que la concurrence (entre 7 et 10 jours selon le modèle et l’usage) Étanche, la montre inclut une boussole, un accéléromètre et un gyroscope. Elle peut être reliée à des terminaux sous iOS et Android.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.