Comment savoir si les filtres de votre voiture sont bons à changer ? En écoutant votre bolide avec une app, répond le MIT. Une équipe de chercheurs a entraîné un algorithme à détecter, en fonction du son d'un véhicule, une défaillance technique.

Certains modèles de véhicules sont désormais capables de prendre soin de vous. Ce siège conducteur, par exemple, cherche à éviter que vous vous déshydratiez pendant un trajet. Si la voiture du futur se met à votre écoute, la réciproque serait-elle envisageable ? Un quotidien où il suffirait d’écouter son véhicule pour savoir s’il doit faire un tour chez le garagiste est possible, selon des chercheurs du MIT.

Le docteur en philosophie et entrepreneur Joshua Siegel, accompagné de son équipe au sein du prestigieux institut technologique américain, a eu l’idée de concevoir une application mobile permettant de savoir quand une voiture rencontre un problème grâce à son bruit. Les recherches ayant mené à ce dispositif viennent de faire l’objet d’un article dans la revue Engineering Application of Artificial Intelligence.

Quand l’encrassement des filtres « s’entend »

Dans ce document, Joshua Siegel évoque la problématique de l’encrassement des filtres des véhicules, et sa solution pour détecter le problème via l’app mise au point par le MIT. À l’aide d’un smartphone équipé d’un micro, les données audio collectées sur le véhicule peuvent permettre d’estimer quand un filtre doit être changé.

MIT News

Les chercheurs ont déjà testé leur technologie sur deux voitures — une Mazda 2 et une Honda Civic — avec un iPhone 6 et un microphone monté sur un pied. Le dispositif a enregistré des échantillons audio du compartiment moteur en conditions normales ; une accumulation de particules sur le filtre a ensuite été simulée pour compléter les enregistrements.

Une fois les échantillons audio recueillis, Joshua Siegel et son équipe les ont utilisés pour créer et entraîner un algorithme, capable de distinguer le son produit par un filtre en bon état et celui émanant d’un filtre endommagé.

Bientôt une app commercialisée ?

Certes, le résultat de leurs recherches ne permet pas encore d’anticiper tous les dommages d’un véhicule grâce à l’analyse du moindre de ses bruits. Néanmoins, les tests menés par le MIT ne sont pas les premiers du genre, rappellent les chercheurs dans leur article : des réseaux neuronaux sont déjà parvenus à identifier les défaillances des capteurs de température ou des conduits d’admission d’air.

Joshua Siegel envisage d’intégrer ces différentes technologies au sein d’une même application mobile. L’entrepreneur espère en proposer une version commercialisable dans les 18 prochains mois, afin d’aider de futurs conducteurs à diagnostiquer les problèmes techniques de leur véhicule grâce à son bruit. Vroum vroum.

Partager sur les réseaux sociaux