Notre petit tour au salon automobile de Francfort nous a permis de découvrir plus en détail le Future Bus de Mercedes, amené à transporter un maximum de gens avec une conduite autonome. Pour le moment, il est en avance sur son temps.

On pourrait croire, à raison, que le salon automobile de Francfort se concentre essentiellement sur les voitures d’aujourd’hui et de demain. Il est vrai. Mais cela reste aussi un événement centré sur le transport et, à ce sujet, notre attention s’est portée sur le Future Bus tel qu’il est annoncé par Mercedes. Un petit tour à l’intérieur laisse entrevoir des assises avant-gardistes dont le placement en nombre ne saute pas aux yeux et qui ne semblent pas offrir beaucoup de mobilité aux personnes handicapées. Néanmoins, le concept a le temps de travailler ces aspects, parce qu’aujourd’hui, Mercedes voulait montrer que ce bus est autonome et… trop en avance sur son temps.

Le bus magique

Pour assurer la conduite autonome, Mercedes a intégré moult capteurs à son bus capable de scanner son environnement avec précision afin de tracer sa route tranquillement, prenant soin, par exemple, de ne renverser aucun piéton. On parle quand même d’une douzaine de caméras dont l’objectif est de capter images et sons, associées à des radars à courte et longue portée et à un GPS différentiel (un GPS amélioré). Grâce à toutes ces données enregistrées et transmises en direct, le bus bénéficie d’une photographie précise des situations auxquelles il est confronté.

En outre, il a droit à une communication précise et privilégiée avec les feux tricolores pour ajuster sa vitesse en fonction. Une technologie supplémentaire qui garantit une conduite intelligente, évitant alors les grosses accélérations aux abords d’un feu passant à l’orange (combien de fois avez-vous pesté sur un chauffeur à cause de ça ?). Outre le confort du trajet, un tel argument sous-entend une gestion efficiente du carburant.

Le Future Bus étant un véhicule autonome de catégorie 3, il n’a pas abandonné sa cabine de pilotage, permettant à un chauffeur de reprendre la main en cas d’urgence. Un élément qui ne manque pas, en outre, de rassurer les passagers, tout du moins à court terme, jusqu’à ce que les craintes légitimes soient levées.

Si tous les voyants semblent au vert pour cette solution proposée par Mercedes, il reste un obstacle énorme à contourner, sinon à clarifier : la législation. Le Future Bus a été testé en Hollande mais on ne le voit pas pour autant sur les routes européennes à cause des lois n’ayant pas encore tranché sur des points essentiels comme celui de la responsabilité en cas d’accident. À qui la faute : au constructeur ? Au chauffeur ? Au système ?

Tant que cette question ne trouvera pas de réponse juridique, alors le Future Bus restera à quai malgré toutes les promesses qu’il peut faire et, plus important encore, concrétiser.

Partager sur les réseaux sociaux