YouTube vient d'annoncer que les vidéos comportant des contenus haineux, agressifs ou violents ne seront plus monétisées. Plusieurs annonceurs avaient retiré en mars 2017 leur publicités de la plate-forme, en les découvrant associées à des vidéos inappropriées.

Récemment interpellé par la communauté LGBTQ+, Youtube a du reconnaître que son mode restreint avait mal fonctionné. En effet, la plateforme de vidéos en ligne a bloqué à tort 12 millions de vidéos, dont des centaines de milliers de contenus mentionnant les identités LGBTQ+. YouTube a finalement levé le blocage de ces vidéos par son mode restreint, habituellement destiné à filtrer les contenus « sensibles » et « matures. »

À présent, YouTube s’attaque aux vidéos choquantes et agressives et vient d’annoncer le 1er juin 2017 une mise à jour sur son blog destinée aux créateurs de contenus sur la plateforme. Le site annonce que ses règles seront plus strictes à l’égard de certaines vidéos, qui ne pourront plus être monétisées si les annonceurs les considèrent comme offensantes ou inappropriées.

youtube
CC Masaki Tokutomi

Des annonceurs avaient retiré leurs publicités

En mars 2017, The Times dévoilait que certaines publicités apparaissaient sur des vidéos aux contenus extrémistes, haineux et inappropriés ; les annonceurs concernés ont alors été nombreux à retirer leurs spots publicitaires de la plateforme, à l’instar d’Audi, L’Oréal, mais également le gouvernement britannique. YouTube indique qu’une partie de ces annonceurs est revenue sur la plateforme après plusieurs discussions.

« Bien qu’il ne nous soit pas possible de couvrir tous les scénarios des vidéos, nous espérons que ces informations additionnelles vous donneront plus de renseignements sur les types contenus que les marques nous ont indiqué vouloir sponsoriser, et vous aider à prendre des décisions plus éclairées. Nous savons que nos systèmes ne sont pas parfaits, et nous travaillons également afin d’améliorer l’impact de vos vidéos », indique Youtube dans sa publication.

Nous savons que nos systèmes ne sont pas parfaits

La plateforme vise précisément trois registres de contenus avec cette nouvelle mesure : les « contenus haineux », les contenus mettant en scène des personnages dans des contextes « inappropriés » — violents, à caractère sexuel — et les « contenus provocants ou dégradants. »

Les récents dysfonctionnements du mode restreint de YouTube — et le temps mis par la plateforme pour résoudre le problème — invitent à considérer l’efficacité de ces nouvelles règles avec prudence ; si la volonté de ne pas monétiser les contenus violents semble bien-fondée, rien ne dit que YouTube n’est pas à l’abri de reproduire son erreur en visant accidentellement d’autres contenus.

Partager sur les réseaux sociaux