Au Computex 2017, Qualcomm et Microsoft ont dévoilé leurs plans pour sortir des ordinateurs sous Windows 10 d'un nouveau genre.

Quels sont les avantages d’un smartphone ou d’une tablette sur un PC sous Windows ? Le smartphone a une meilleure autonomie, surtout en veille, est connecté en permanence pour recevoir des notifications en direct, peut sortir de veille instantanément, et ne fait aucun bruit.

Avec l’arrivée d’une version de Windows 10 compatible avec les processeurs ARM, Microsoft et Qualcomm veulent apporter tous ces avantages à l’ordinateur portable. Il faut dire qu’avec ses parts de marché frisant le monopole, Intel n’avait aucune raison d’innover plus que de raison sur ce marché qui lui était jusque-là réservé.

Le vrai de vrai Windows, avec toutes ses capacités

Microsoft avait déjà levé le voile sur ce projet en 2016 lors de conférence WinHEC. L’éditeur a développé une couche d’émulation x86 pour Windows 10 qui lui permet de proposer aux fabricants une version complète de Windows 10 Pro compatible avec les processeurs ARM.

Autrement dit, l’expérience utilisateur de ce nouveau Windows 10 est exactement la même que la version habituelle trouvée sur n’importe quel ordinateur en magasin. Il n’est pas question ici de Windows RT ou de Windows 10 S. Il sera possible de télécharger et installer n’importe quel logiciel Windows, sans restriction et sans demander de travail au développeur du logiciel.

Concrètement, même Windows 10 sur ARM pourra installer et lancer Google Chrome ou Steam, développés et édités par des entreprises qui ne sont clairement pas des partenaires de Microsoft.

Des PC silencieux, autonomes et connectés

Si jusqu’à présent le projet était surtout poussé par Microsoft, Qualcomm a annoncé au Computex 2017 son ambition de s’en servir comme tremplin pour attaquer frontalement Intel.

Le fabricant des Snapdragon, les processeurs mobiles qui équipent la plupart des smartphones et tablettes, du Galaxy S8 à l’Essential Phone, veut conquérir le marché du PC portable, et a déjà convaincu Asus, HP et Lenovo de le rejoindre dans son entreprise.

Qualcomm promet jusqu’à 50 % d’autonomie en plus

Grâce à l’utilisation d’une puce Snapdragon 835 à la place d’un processeur Intel, les machines de ces fabricants pourront gagner en autonomie, en finesse et ne faire aucun bruit. Avec l’intégration d’un modem 4G, elles seront de plus connectées en permanence au réseau, de quoi débloquer de nouveaux usages.

Les premières machines devraient sortir avec la fin de l’année.

Quid des performances d’une machine ARM ?

Historiquement, si ARM était un spécialiste des machines très économes en énergie, Intel proposait des solutions offrant plus de performances. Il faudra attendre la sortie des premières machines et les tests de la presse pour savoir si les ordinateurs équipés d’un processeur Snapdragon 835 seront suffisamment performants pour avoir une utilisation agréable de Windows.

Il est fort probable que le Snapdragon 835 se limite à réaliser les tâches les plus courantes comme visiter Numerama, faire de la bureautique ou jouer à quelques jeux indépendants. Les applications les plus énergivores seront sans doute trop lourdes, bien que compatibles, pour être utilisables de façon agréable sur ces appareils.

On imagine donc que Qualcomm et ARM pourraient rapidement se faire une place sur les ordinateurs à moins de 900 euros, mais que le haut de gamme restera pour le moment sous le giron d’Intel.

Partager sur les réseaux sociaux