Bien avant que les « fake news » soient sur toutes les lèvres, le journaliste et activiste Tommasso Debenedetti jouait sciemment avec le mensonge. Pour ce journaliste de profession, le mensonge est un mode de vie et après avoir trompé plusieurs quotidiens internationaux, il a réussi à piéger Le Figaro.

Mise à jour : le faux compte Twitter a été suspendu. 

Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature en 2015, n’est pas morte. Et pourtant, ce compte Twitter qui se fait passer pour celui de la nouvelle ministre de la Culture nommée par Edouard Philippe affirmait ce matin le contraire. Ce compte, non certifié, peu suivi et dont le tweet n’a pas été beaucoup diffusé a pourtant servi de source au Figaro pour annoncer la disparition de l’écrivaine.

 

Se rendant compte de la supercherie, le journal français a publié un erratum en urgence, que l’on peut lire sur l’article qui annonçait le décès de Svetlana Alexievitch.

«  Nous avons diffusé il y a quelques instants une information faisant état de la mort de Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature 2015, en nous basant sur un compte Twitter présenté comme celui de Françoise Nyssen, nouvelle ministre de la Culture. Cette dernière est PDG d’Actes sud, société qui a édité Svetlana Alexievitch.

Il apparaît, après vérification, que le compte Twitter n’est pas celui de la nouvelle ministre. Il s’agit d’une usurpation d’identité. La maison d’édition, contactée par Le Figaro, confirme qu’il s’agit d’un faux compte. L’écrivaine est bien en vie. Elle est actuellement à Séoul.  »

Tommasso Debenedetti, menteur professionnel

Derrière ce compte qui usurpe l’identité de Françoise Nyssen, on trouve un journaliste italien nommé Tommasso Debenedetti qui a depuis revendiqué le hoax. Debenedetti n’est pas un inconnu dans le monde de la tromperie : en 2014, Business Insiders consacrait à l’homme un long portrait dans lequel il révélait ses aspirations. Debenedetti estime pratiquer une sorte d’artisanat avec ses usurpations d’identité et ses fakes, affirmant qu’il s’agit d’un outil capable de faire bouger le monde — même s’il repose sur des mensonges.

Il se considère comme un activiste et a trompé des dizaines de journaux nationaux en publiant des fausses interviews ou des faux tweets. Au rang de ses succès, il a par exemple réussi à faire chuter le cours du pétrole en diffusant une information qui disait que Bachar Al-Assad avait été grièvement blessé, se faisant passer pour le ministre de l’intérieur russe.

Faisant du hoax un art de vivre, l’Italien, plutôt cynique, estime que «  l’Italie est une vaste blague » et qu’il souhaite devenir le roi des «  usurpateurs ». Il peut ajouter la presse française à son tableau de chasse.

Partager sur les réseaux sociaux