À son lancement en 2013, Hangouts devait devenir, enfin, le chat unifié de Google. Aujourd'hui, pris en étau entre Duo, Allo, Messages et autres, Hangouts est à nouveau cannibalisé par des concurrents issus du moteur de recherche. Google a peut-être la solution.

Les personnes en mesure d’expliquer la stratégie de Google pour la messagerie instantanée et la VoIP sont rares. Et en effet, depuis la mort annoncée de GTalk, la société semble lancer une multitude de projets en même temps quitte à ce qu’ils soient contradictoire et incompatibles les uns avec les autres.

En 2013, une application, Hangouts, devait mettre fin à cette situation incompréhensible. Mais à peine lancée, elle était déjà concurrencée par de nouveaux services Google, comme Message et récemment Duo et Allo (sans oublier Spaces).

Reprenant ses mauvaises habitudes, Google a alors à nouveau saboté un de ses projets pour en lancer une myriade de nouveaux quitte à répliquer ce qui existe déjà. Depuis la dernière conférence I/O, Hangouts semblait condamné à cause du lancement de Duo et Allo, un couple de services qui assurent pour le consommateur à la fois de la visio-conférence et de la messagerie instantanée.  Mais pour une fois, le géant californien a pris une décision cohérente pour un de ses services : destiner Hangouts aux professionnels, à la manière d’un Slack ou de Hipchat.

Une nouvelle direction

En laissant les consommateurs au couple Duo et Allo, Hangouts et son équipe pourront se concentrer sur les professionnels, ceux déjà convertis à Slack ou Hipchat et leurs fonctionnalités célèbres.

L’application sur le  web comme sur smartphone gagnera donc de nombreuses améliorations qui rappelleront les concurrents cités plus haut. Déjà, Hangouts va permettre les discussions de groupe et l’excellente fonctionnalité appelée par Slack threaded messagingqui permet dans une discussion de groupe de développer un point dans une sous-discussion.

Les points forts de Hangouts viendront également de son intégration profonde avec la G Suite et l’ensemble des services Google qui vont de Docs à Sheet en passant par Keep. Dans la suite collaborative, on pourra ainsi accorder des droits à un groupe Hangouts pour modifier un document.

Enfin, pour ne rien gâcher, Google proposera également — les habitués de Slack apprécieront — des API ouvertes pour jouer avec des bots dans les discussions et pouvoir intégrer différentes applications. Si l’ambition de Mountain View semble réelle, le retard pris sur la concurrence risque d’être difficile à résorber. Néanmoins, visiblement gratuit — du moins freemium pour le moment — Hangouts viendra bousculer Slack et ses formules payantes.

La vidéoconférence, pour finir, n’est pas non plus en reste puisque Hangouts proposera également une mise à jour de ce service pour gagner en rapidité et en efficacité. Le service pourra notamment accueillir jusqu’à 30 personnes en même temps, sera natif dans Chrome et Firefox et enfin s’appellera désormais (c’est absurde) Hangouts Meet.

Pour commencer, cette nouvelle version de Hangouts sera réservée aux professionnels inscrits aux early adopter program de G Suite, puis sera prochainement généralisée à tous les utilisateurs de Gmail. Une date reste encore à fixer du côté de Mountain View.

À lire sur Numerama : Les Google Apps deviennent «  G Suite  » pour séduire les professionnels

Partager sur les réseaux sociaux